Créer un site internet

concert

  • "Cultivons notre jardin".

    Je pose ici, tout en bazar hein, j'ai pas le choix, mais ça tombe bien aussi, parce que dans mon jardin aussi, c'est plutot le boxon !

    https://www.facebook.com/thisisinsiderhome/videos/1985287574817613/

     Je trouve cet outil vraimet génial, parce qu'il permet de transporter des choses lourdes, en les faisant rouler... Si quelqu'un a le fabriquant, que je refile le tuyau à mon quincailler....

    30 juillet 2018.

      Je n'ai pas eu acces à ce site, depuis pas mal de semaines, et je reconnais qu'il m'a manqué.

      Ici, si possible, je laisse mes souci, sur le pillier de la barrière, tout contre le rosier, sainte therese de Lisieux, qu'on appelle aussi, tout simplement, New dawn, et qui orne quelquefois, encore, les pilliers de barrière, dans les fermes du pays de Caux.

      Depuis huit ans, envron, que j'habite cette maison, comme dans la chanson de Thomas Fersen,  "la Chapelle de la Joie",  mon jardin botanique, etait à l'abandon.

    J'oublie de manger mon sandwich 
    Et je songe à me faire prêtre 
    Quand elle paraît à sa fenêtre
    Comme une sainte dans sa niche 

    Barbe, cheveux, sourcils incultes
    Mon jardin est à l'abandon 
    J'éteins la télé qui m'insulte 
    Et comme je suis un fin guidon 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue 
    Le ciel est pâle, le matin morne 

    À sa fenêtre à guillotine 
    Mon regard est toujours pendu 
    Dommage qu'une paire de bottines 
    Soit tout ce qui s'offre à ma vue 

    Lorsqu'elle apparaît sur son socle
    Qu'elle brille dans son cadre doré
    J'en laisse tomber mon monocle 
    Je gambade à travers les prés 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue 
    Le ciel est pâle, le matin morne 

    Dans cette lumière d'aquarium 
    Le front appuyé sur la vitre
    Avec ma barbe et mon teint d'huître
    Je traumatise le géranium 

    Alors elle écarte la brume 
    La brume de ses rideaux de soie 
    Et dans la chambre qui s'allume 
    Eclate la chapelle de la joie 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue 
    Le ciel est pâle, le matin morne 

    Derrière mes rideaux de cretonne 
    Rêvassant dans le demi-jour
    Je suis comme une jeune fille bretonne
    Je brode en attendant l'amour 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue
    Le ciel est pâle, le matin morne.

       Bon, je rappelle pour information, que quand vous croisez un géranium, personne ne vous oblige à le traumatiser, mieux vaut le bouturer, comme le faisait mon grand père. Manie que j'ai gardé, "rien que pour l'odeur", quand on coupe la tige aoutée. Je suppose qu'il parle du pélargonium, et pas de géranium vivace.

      Ha, ces chanteurs, me parlez pas de malheur, même pas foutus de faire la différence, entre un pelargo, et un géranium, toute une éducation à refaire, moi, je vous le dis !

     BREF....

       Mon jardin "physique" (puisque de jardin, il en est bien d'autres sortes, jardin intereurs, jardins intimes...).

       Non, le physique, vrai de vrai, celui qui vous cause tous les tracas, quand vous arrivez la bouche en coeur, et que vous réalisez, en fevrier mars, que ce sont les ronces de trois mètres de haut, qui règnent en maitre... Que la pelouse n'a pas été tondue, depuis sept mois environ....

      Bon, allez, je ne le reconnais, je dramatise un peu, encore que, sur une certaine partie de mon terrain,  c'est vraiment dans cet etat, et je n'ai alors, qu'une seule ambition, parvenir à y tracer un simple chemin, où m'y promener, pour simplement, aller y cueillir les mûres, qui commecent àarriver.

      C'est vous dire....

      Cette fois, promis, juré, jamais plus je ne culpabiliserai, parce que mon jardin n'est pas assez propre.

      J'ai décidé, désormais, de ne jardiner que pour mon plaisir, avec pour bagage, une expérience sur le sujet, que beaucoup, je crois, pourraient m'envier.

      Ce que j'aime au jardin, c'est justement, à présent, pour cette saison, de quasiment n'avoir aucun plan, ou plutôt, aucun projet, que d'y trouver du plaisir, à relativement court terme, des fleurs, un peu, des légumes, un peu, des tentatives, pour le fun, du delire, le tout mélangé, avec une grosse part de hasard, non pas par strategie, ni pour me donner bonne conscience, mais plutot, dans le but, de dire, à celle qui nous gouverne, je veux dire, la nature, que chez moi, entre elle et moi, c'est plutot elle, qui mène la danse, et moi, qui eventuellement, intervient, de ci, de là....

      Dans cette perspective, j'ai volontairement laissé non tondu, une partie de la pelouse, afin que les insectes y vivent, sans être perturbés.

      J'avait vu ça, à Kew Garden,  à Londres, avec l'une de mes filles, et une pancarte expliquait la démarche.

      Je m'étais dit, "mais c'est bien sûr, quelle intelligence".

     En cours de redaction.

     

    Lire la suite

  • Au sujet des migrants, pas de consensus ? PRIVE D’ÉRASMUS !

      A l'heure où certains sont tentés poiltiquement, de se la joue perso, sur le plan européen, parce que le principe de solidrité implique effectivement, d'en assumer le revers de la médaille, je ne voi aucune raison particulière, de se priver de faire miroiter cette menace.... Je sais, intellectuellement,  c'est limite...

      Mais à quoi ressemblerait la démarche, qui consiste à prétendre qu'on s'interesse aux autres pays d'Europe, qui est la vraie justification, d'entamer une demarche ERASMUS,  si c'est pour ne percevoir du pays,  que ce qui nous arrange ?

     Moi, si j'aime l'Europe, et les pays qui la composent, je ne les aime pas que pour en tirer un bénéfice pecunier, ou des subventions, non, c'est infiniment plus que celà, et croyez moi,  quand j'observais, hier, avec la journée du droit des femmes, et comment, ça se passait, en Espagne, avec ces manifestations, et ses chants, on est bien loin de raisons purement mercantiles.

     Une piste à imaginer, parmis d'autres....

    Lire la suite

  • Moi, je pourrai méditer, mais si on veut bien m’éditer.... Michel Jonasz.

     Je cherche un éditeur.... C'est vrai qu'au sujet des chercheurs, il arrive souvent que je les aide à passer du statut de chercheur à "trouveurs", et pas trouvaires, mais en attendant, pour ce qui concerne l'édition, je cherche encore.

     En dehors de choper au vol, une superbe occasion de les voir créer une nouvelle collection,  ce qui me ravit, mais moi, je reste toujours sur le bas côté.

     Quoi qu'il en soit, je "père sévère", alors, qu'il ne me frappait jamais, ce qui est un comble !

      Les éditions de Michel Jonasz, me tentent bien, parce que c'est un chouchou, non pas de ceux qui se magent, mais réécoutant des anciens disques de lui, dernièrement,  je suis tombée nez à nez avec certains morceaux, fort interpellants,  que je decouvrais et dont relativement à leurs dates de sorties, je ne risque certainement pas de les avoir été inspirés... OUF... Mais super interpellant quand même, cette histoire. Quand je disais, dernièrement, que c'était affaire d'inconscient à inconscient....

    http://www.micheljonasz.fr/includes/accueil_fr.html

     Et puis de grâce, n'oubliez jamais de privilégiez les librairies, qui se donnet tant de mal, pour preserver, une consommation, de la lecture, viviante, et humaine, et pas les amazon et autres.... Et puis s'ils ne l'ont pas, et bien commandez le, ça vous donnera l'occasion d'y revenir, tout simplement.

    Lire la suite

  • Qui veut être mon associé(e)s ?

     Ce n'est pas une question que je pose personnellement,  mais le titre d'une émission, sur M6.

    https://www.emissionreplay.fr/qui-veut-etre-mon-associe

     A la question, que certains se posent, alors, peut être  ? Qu'est ce que ça vient faire ici  ?

       Et bien justement,  tout ce qui est artistique, aussi,  doit bien avoir, une forme de concrétisation,  et quand je dis que " tout est poil et éthique", il s'agit bien également, de  tout ce qui est artistique, aussi...

       Qu'il s'agisse de l'édition d'un livre, qu'il s'agisse, de la gestion juridique des droits d'auteurs,  qu'il s'agisse des droits des intermittants du spectacle, ou de la production audio visuelle, ou de spectacle vivants, ou qu'il s'agisse de produire son disque, c'est bien de droit, dont il est question, et d'entre^rises, dont dépend l'existence réelle d'une activité, qui ouvre le droit, justement, d'en vivre légalement, "ou pas"....

       Oui, vous pouvez aussi gratter votre guitare,  sur un trottoir, et faire circuler le chapeau, c'est vrai,  et déclamer vos vers,  dix metres plus loin, et c'est un exercice parfaitement recvable, beaucoup d'artistes, ont d'ailleurs commencé ainsi, mais ça n'est pas de cette façon uniquement, en tout cas, que vous ouvrirez vos droits, à en vivre, suffisemmet dignement, pour d'une part, parvenir à payer votre loyer, manger à votre faim, ou garder une poire pour la soif, s'il vous arrive une tuile, un jour, "qui sait ?"

       Macron, n'a  de cesse que d'inciter  qui veut bien tendre l'oreille, sur le fait qu'il faut aller de l'avant, et monter sa boite,  "la belle affaire"....

       Comme si tout à chacun, avait un potentiel d'entrepreneur, et gare à celui, qui sortirait du rang de l'ambition, "dans le concept qui est le sien"....

       Car au delà,  de la "start up nation", si chère à Guillaume Meurice,  qui me fait hurler de rire à chaque fois, on oublie juste, qu'au delà de ce formatage à grand coup de vocabulaire absolument vide de sens, et dénué de la moindre valeur morale, désolée, je dirai même, "franchement désolée" pour ma lucidité,  on oublie de vous informer, que pour ambitionner une telle démarche, il faut certaines qualités psychologiques, qui vont bien au delà de l'inventivité  et du génie, notamment en ce qui concerne la capacité à assumer les coups, en cas, d'échec, "les coups, devant aussi être perçus, prosiodiquement, version, COUTS, financiers.....

       ENTREPRENDRE, c'est aussi vertueux que de donner la vie,  au sens le plus "accoucheur" qui soit,  et j'ai de gros doutes sur le fait que "la satart up nation", soit la meilleure façon, de préparer ces jeunes pousses, à assumer les coups, qu'ils seront amenés à prendre....

     En somme, macronnie, mon C...... 

     Ecouter, et soutenir les inititives qui sont pourtant  quasiment la  génèse,  de telles démarches,  au sens noble du mot, est pourtant ce qu'il y a de plus admirable....

     Attention, à ce que dit Lou doillon, sur ce sujet, dans le milieu de la musique.

    https://www.franceinter.fr/emissions/par-jupiter/par-jupiter-17-fevrier-2020

    Et à ce que dit aussi, Thomas Fersen, mieux placé que quiconque, pour parler du sujet, puisqu'il est son propre producteur, depuis plusieurs années.

    https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/10/29/thomas-fersen-le-digital-ne-me-rapporte-rien_6017366_3246.html

    Lire la suite

  • Le violoniste de jazz Didier Lockwood est mort à 62 ans.

     J'ai appris ça hier, et ça me rend triste.

      J'ai une reltion particulière, avec tous les instruments acoustiques, plus encore, les instrument à corde, et plus intimement, aussi, les violons.

      Une histoire liée à mon adolescence, et un prof qui nous avait fait une réflexion, sur cet instrument.

      Didier Lokwood, comme d'autres violonistes celebres, ne touchaient particulièrement, et plus encre, lui, parce qu'il jouait du jazz, ce qui n'est pas si frequent, dans ce milieu des instruments à corde.

    http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/le-violoniste-de-jazz-didier-lockwood-est-mort-a-62-ans-7792320247

      C'est pour cette raison que Thomas l'a sollicité, quand il a avait enregitré  "notre premier disque", pièce montée des grands jours", uniquement, sur le dernier morceau, qui m'est si cher, et qui s'appelle "né dans une rose".

     Pour a voir la version avec Didier Lockwood, il faut donc, ecouter le disque original, et suivant ce lien: https://www.deezer.com/fr/album/42134031

     Chose etrange, alors,  il a été terrassé, par une crise cardiaque, apres son concert de samedi soir.

      La veille, vendredi soir, je retrouvais ce gout, pour le violon,, par un concert, à Yvetôt, donné par un groupe regional, qui s'appelle, RADIX, qui se spécialise dans des partitions originelles, issues de differents pays des Balkans.

      Une pure merveille, et une ambiance du tonnerre.

    https://lasaucebalkanique.fr/radix/

     Bon, et plus c'était pres d'che mè !

     La seule reflexion, qui me vient, c'est une chanson de Gilbert becaud, et qui s'appelle, "quand Jules est au violon".

     

     

     

      Ce qui est interpellant, reside dans le fait qu'ils nous expliquent un peu leur cuisine interne, à savoir, que donnant l'origine de la région de chaque morceau, voir, les conditions, réelles, comme ls mariages, ou les lieux où la partition aurait été retrouvée, ils nous apprennent qu'ils ont arrangé certains morceaux, qui à l'origine, ne connaissaient pas le violon, et encore moins le moindre instrument à corde, mais un accordeon soufreteux, et desaccordé... Ils chantent, juchés sur deux gros bidons en feraille, qui du coup amplifient fort judicieusement leurs percussions, qui me rappellent "dans le désordre", les percussions du BRONX,  un atelier musical à l'IMP d'Etennemare à Limesy, où j'avais été éducatrice stagiaire, et un reportage de "Faut pas rêver", qui racontait la vie d'un orchestre, monté exclusivement avec ces bidons, au fin de .Johannesburg....

      Ha, mais moi, je suis comme ça, hein, si on touche ma corde "sensible mais avec un objectif" (comme les affaires sensibles de France inter), ensuite, faut assumer ! 

     Sinon, pour la petite histoire, Didier Lockwood, etait venu accompagner Michel Jonasz, il doit y avoir environ 38 ans, à Barentin, au théâtre Mondory.

    http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/02/19/mort-du-violoniste-et-compositeur-didier-lockwood_5259066_3382.html

    http://www.micheljonasz.fr/includes/accueil_fr.html

    Lire la suite