création

  • "Cultivons notre jardin".

    Je pose ici, tout en bazar hein, j'ai pas le choix, mais ça tombe bien aussi, parce que dans mon jardin aussi, c'est plutot le boxon !

    https://www.facebook.com/thisisinsiderhome/videos/1985287574817613/

     Je trouve cet outil vraimet génial, parce qu'il permet de transporter des choses lourdes, en les faisant rouler... Si quelqu'un a le fabriquant, que je refile le tuyau à mon quincailler....

    30 juillet 2018.

      Je n'ai pas eu acces à ce site, depuis pas mal de semaines, et je reconnais qu'il m'a manqué.

      Ici, si possible, je laisse mes souci, sur le pillier de la barrière, tout contre le rosier, sainte therese de Lisieux, qu'on appelle aussi, tout simplement, New dawn, et qui orne quelquefois, encore, les pilliers de barrière, dans les fermes du pays de Caux.

      Depuis huit ans, envron, que j'habite cette maison, comme dans la chanson de Thomas Fersen,  "la Chapelle de la Joie",  mon jardin botanique, etait à l'abandon.

    J'oublie de manger mon sandwich 
    Et je songe à me faire prêtre 
    Quand elle paraît à sa fenêtre
    Comme une sainte dans sa niche 

    Barbe, cheveux, sourcils incultes
    Mon jardin est à l'abandon 
    J'éteins la télé qui m'insulte 
    Et comme je suis un fin guidon 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue 
    Le ciel est pâle, le matin morne 

    À sa fenêtre à guillotine 
    Mon regard est toujours pendu 
    Dommage qu'une paire de bottines 
    Soit tout ce qui s'offre à ma vue 

    Lorsqu'elle apparaît sur son socle
    Qu'elle brille dans son cadre doré
    J'en laisse tomber mon monocle 
    Je gambade à travers les prés 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue 
    Le ciel est pâle, le matin morne 

    Dans cette lumière d'aquarium 
    Le front appuyé sur la vitre
    Avec ma barbe et mon teint d'huître
    Je traumatise le géranium 

    Alors elle écarte la brume 
    La brume de ses rideaux de soie 
    Et dans la chambre qui s'allume 
    Eclate la chapelle de la joie 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue 
    Le ciel est pâle, le matin morne 

    Derrière mes rideaux de cretonne 
    Rêvassant dans le demi-jour
    Je suis comme une jeune fille bretonne
    Je brode en attendant l'amour 

    Je prends mon vélo par les cornes
    J'ai donné quelques tours de roue
    Le ciel est pâle, le matin morne.

       Bon, je rappelle pour information, que quand vous croisez un géranium, personne ne vous oblige à le traumatiser, mieux vaut le bouturer, comme le faisait mon grand père. Manie que j'ai gardé, "rien que pour l'odeur", quand on coupe la tige aoutée. Je suppose qu'il parle du pélargonium, et pas de géranium vivace.

      Ha, ces chanteurs, me parlez pas de malheur, même pas foutus de faire la différence, entre un pelargo, et un géranium, toute une éducation à refaire, moi, je vous le dis !

     BREF....

       Mon jardin "physique" (puisque de jardin, il en est bien d'autres sortes, jardin intereurs, jardins intimes...).

       Non, le physique, vrai de vrai, celui qui vous cause tous les tracas, quand vous arrivez la bouche en coeur, et que vous réalisez, en fevrier mars, que ce sont les ronces de trois mètres de haut, qui règnent en maitre... Que la pelouse n'a pas été tondue, depuis sept mois environ....

      Bon, allez, je ne le reconnais, je dramatise un peu, encore que, sur une certaine partie de mon terrain,  c'est vraiment dans cet etat, et je n'ai alors, qu'une seule ambition, parvenir à y tracer un simple chemin, où m'y promener, pour simplement, aller y cueillir les mûres, qui commecent àarriver.

      C'est vous dire....

      Cette fois, promis, juré, jamais plus je ne culpabiliserai, parce que mon jardin n'est pas assez propre.

      J'ai décidé, désormais, de ne jardiner que pour mon plaisir, avec pour bagage, une expérience sur le sujet, que beaucoup, je crois, pourraient m'envier.

      Ce que j'aime au jardin, c'est justement, à présent, pour cette saison, de quasiment n'avoir aucun plan, ou plutôt, aucun projet, que d'y trouver du plaisir, à relativement court terme, des fleurs, un peu, des légumes, un peu, des tentatives, pour le fun, du delire, le tout mélangé, avec une grosse part de hasard, non pas par strategie, ni pour me donner bonne conscience, mais plutot, dans le but, de dire, à celle qui nous gouverne, je veux dire, la nature, que chez moi, entre elle et moi, c'est plutot elle, qui mène la danse, et moi, qui eventuellement, intervient, de ci, de là....

      Dans cette perspective, j'ai volontairement laissé non tondu, une partie de la pelouse, afin que les insectes y vivent, sans être perturbés.

      J'avait vu ça, à Kew Garden,  à Londres, avec l'une de mes filles, et une pancarte expliquait la démarche.

      Je m'étais dit, "mais c'est bien sûr, quelle intelligence".

     En cours de redaction.

     

    Lire la suite

  • GRAINES et PLANTES, au jardin des plantes à Rouen.

    http://www.metropole-rouen-normandie.fr/graines-de-jardin-de-la-metropole

     Je signale d'autre part, que pour le financement de la restauration des serres du jardin des plantes, il y a une souscription qui est ouverte. Enfin, je ne sais pas exactement où ils en sont.

    http://www.rouen-mecenat.fr/docs/1_re769novation-des-serres-du-jardin-des-plantes2.pdf

    Lire la suite

  • Et Dieu sait que l'Eurovision, c'est poil et éthique !

      Euro (la monnaie), parce que c'est aussi, une hitoire de gros sous...

      Ho, la vilaine Françoise qui ose affirmer  que c'est une histoire de gros sous, comme elle est méchante... Et ouai ouai, moi, je fais comme Alain de Loin, moi, je parle de moi à la troisième personne, non mais vous croyez quoi, enfin ?

      Et puis "vision", c'est pour signifier, qu'en principe, dans l'hypothèse où ceux qui sont choisis comme candidats pour y participer, sont les bons, ils ont l'occasion de mettre en avant certaines valeurs, et et leurs culture, ce qui est bien loin d'être négligeable.....

      Parce que pour info, mesdames et mesdames et messieurs, c'est qui, la superbe creature qui avait conseillé, les années auparavent,  de chanter dans sa langue maternelle, hein, c'est qui ? C'EST QUI ?

      Et bien c'est BIBI, non pas la chanteuse, "ma pomme", quoi, comme Maurice Chevalier.

      Et qui a gagné, l'an dernier , Et pourquoi, il a ému à ce point, le beau portugais ?

      Et bien voilà,  CQFD.

    14 Mai 2018.

     C'est israël, qui a gané, et nous a vons fini 13ième, je crois.

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/politique-internationale/jerusalem-capitale-eternelle-et-mon-cul-c-est-du-poulet-ou-de-la-poule-alors.html

     Ce matin, Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France, etait invitée de lea Salamé.

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-14-mai-2018

     Deux choses à dire, x  cocernant ses propos.

       Si elle prétend que le consensus soit impossible avec les autorités palestiniennes, est aujourd'hui impossible,  rejettant la faute sur les Palestiniens, elle oublie de préciser, que la confiance (je sais de quoi, je parle), c'est une sentiment qui se mérite, et je dirai même plus, qui s'inspire.

       En d'autre termes, jamais depuis la création d'Israël, il n'est apparu le moindre signe, encore aujourd'hui, qui laisse entendre que  la politique de colonisation cesserait,  au point même que cette hypothèse, n'est même plus évoquée, afin que netanhyu, ne puisse pas être accusé de ne pas tenir ses promesses... Voilà, la situation véritable, aujourd'hui, en ce qui concerne la politique de communication de netanyhau, vis à vis du reste du monde, au sujet de la politique de colonisation de la Palestine.

      Ensuite, quand elle ricane, au sujet de la gagnante, de l'Eurovision,  qui serait selon elle, "la meilleure ambassadrice", de netanyahu,  je le trouve bien présomptueuse, parce que c'est de son pays, dont elle serait l'ambassadeur, en premier chef, pour peu qu'elle le revendique, soit dit en passant, mais certainement pas, jusqu'à preuve du cotraire, de netanyahu lui même et donc, de la politique que lui cautionne.

      Il est grand temps désormais, que les voix dissonantes (pour peu que le démocrateur en question, les y autorise), se fassent entendre, pour persister à condamner la politique de colonisation, doit fait l'objet la Palestine, depuis 70 ans.

     Pour ce qui concerne cette dernière, il est souhaitable ausssi que la laïcité, colore effectivement les échanges, de telle sorte que des rapprochements et consensus soient possibles.

    24 nov 2019.

     "L'eurovision Junior" c'est maintenant, et on peut voter pour soutenir la France.

    https://www.rtl.fr/culture/musique/eurovision-junior-2019-pourquoi-la-francaise-carla-a-toute-ses-chances-7799531660

    https://www.rtl.fr/culture/musique/eurovision-junior-2019-comment-voter-y-compris-pour-le-candidat-de-votre-pays-7799522521

    https://www.france.tv/jeux-et-divertissements/emissions-musicales/concours-eurovision-de-la-chanson-junior

     Bon, grande nouvelle, je ne sais pas si j'y suis pour quelque chose, mais Israël, s'est retirée du concours Eurovision Junior, alors que l'Espagne, absente depuis 10 ans, elle, l'a réintegrée... Très bonne nouvelle.

    Lire la suite

  • Qu'est ce que le mal ?

    Sur France Inter, hier, la question, était posée, pendant l’émission, GRAND BIEN VOUS FASSE….

    https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-27-avril-2018

     Il est bon d’observer qu’avec un titre pareil, ça soit pour le moins adapté.

      Je dois avouer, que ce questionnement m’effleure quelquefois l’esprit,  quand j’observe mes contemporains, « qui ne sont pourtant pas des comptant pour rien, ne me remerciez pas, c’est gratos, c’est moi, l’inventeur de la formule ».

     Possible que ce jeu de mot, semble, aussi futile, que facile, et pourtant.

     Je demeure absolument persuadée qu’il est infiniment plus facile, de se poser cette question existentielle, qu’on a de soi, un niveau d’estime suffisamment élevé.

     L’estime de soi, « le mot est lâché »….

     Un petit retour en arrière s’impose.

       Un jour, mon père avait fait l’objet d’une petite émission, sur France inter, justement, il y a une cinquantaine d’années,  qui s’appelait, « bonjour monsieur le maire », avec pierre Bonte.

    Ce sujet, justement, avait été abordé.

     En quelque sorte, « la boucle, hier, sur France inter, était bouclée ».

      Une interprétation assez bien vue, et à laquelle j’adhère, disait, que le mal, était aux antipodes, de l’empathie…le bien, le mal, se trouvent objectivement, où ça nous arrange, si l’on considère que certains actes ou certaines pensées, peuvent être perçue, comme émanant du mal, alors qu’aux yeux de quelqu’un d’autre, ça serait recevable, logique, cohérent, et pourquoi pas, raisonnable, ou « sage ».

       En somme, « la bonne conduite à adopter, », persuadés qu’ils sont d’être eux, « dans le vrai ».

     Aborder le sujet du bien et du mal, pour tout dire, ne me semble pas souhaitable, abordé, « de face », ainsi…

     Il ne l’est pas, précisément, par son côté moraliste, donneur de leçons, et je vois déjà certains, qui galopent, comme des dératés, rien qu’à cette idée….

     Je ne crois pas cependant, que ce soit la meilleure façon, d’aborder le sujet, « courage fuyons »….

     Non, certes non, on a beau tergiverser, décidément, non.

     Moi, qui me pique de politique, par exemple, ce qui me semble infiniment plus recommandable que d’autres seringues, je puis vous certifier,  que repondant à certains commentaires, sur internet, quelquefois, je me dis que ceux, qui parlent, là bas, visiblement, eux, ne se posent pas cette question existentielle…

     Car c’est peut être là, tout compte fait, que reside le seul interêt, de se poser la question…

     « Le bien, le mal », où donc, est ce que je me situe, moi, en temps que personne, en temps que citoyen »….

       Parce que d’avoir l’humilité, en son fort intérieur, se  de se poser cette question, en appelle inévitablement une autre, tout aussi existentielle, qui apporte, alors, une démarche absolument fondamentale, qui serait « après quoi, cours je »….

       Et ça n’est pas de que de cucurbitacées, dont je vous parle là….

       Et sincèrement, mon sentiment, c’est que beaucoup ne se posent  même pas cette question, pourtant existentielle.

     Ila été dit que de vouloir anéantir le mal était inutile,  et impossible….

       Parfaitement d’accord, sur ce point. Pour la simple raison, que pour observer et reconnaitre son contraire, il faut accepter l’idée que son contraire, fasse partie intégrante, de la nature humaine.

        Le challenge, alors, s’il ne saurait résider dans son anéantissement, ne consiste enfin, en ce qui me concerne, qu’à dévoiler, par quels travers, ou quels mécanismes, il tente de faire son nid, quelquefois, au cœur de chaque être, comment il alimente certains comportements, certains mouvements de sociétés, certains partis politiques, certaines dérives sociétales criminelles, ou délétères,   ce que je nomme plus communément, toxicité.

      Au sujet de cette émission,  j’ai beaucoup apprécié  l’honnêteté intellectuelle, que j’ai pu constater, quand au fait, que « le  mal », représente quelquefois chose, de difficile à saisir….

     Mais je reviens sur le contraire de l’empathie ? et je suis d’accord, sur ce point.

     Selon ce principe, alors, on peut considérer, que ce soit antinomique, avec tout principe humaniste, ce que je crois, aussi.

        Une autre définition, a donné le mal, comme étant contraire, au développement personnel, et à l’épanouissement, du moi, profond.

     Cette définition, me convient également.

    Une connotation, n’a spas été donnée, cependant,  que je propose…

      Je ne suis pas certaine de mon fait, je précise, c’est plutôt, une question, que je me pose, ou plutôt, que vous pose, autant qu’à moi, qui consiste à me demander, si le mal, s’entendrait pas comment larron en foire, avec la notion de facilité et de rapidité,  ce qui a pour objectif, de pointer le voisinage avec le syndrome bouc émissaire, qu’on peut observer, au sujet des migrants…

       Là, ou le bien, alors, serait intimement lié, à la notion de persévérance, minutie, persévérance, et long terme….

     Ça n’est pas vrai toujours, je précise… la politesse, dire bonjour, à son c voisin, ne coûte rien, et c’est facile, c’est superficiel, d’accord, nous sommes bien d’accord… mais ça n’est reste pas moins, une base non négligeable, pour entretenir des relations, courtoise, vis-à-vis de son prochain.

     Mais pourtant, si l’on observe son contraire, le mal, il est beaucoup plus rare, qu’il soit desservi, par la persévérance, excepté, dans un contexte de pervers manipulateur…. Ou de dictature, au sein de la gouvernance d’un état, par exemple.

    Lire la suite

  • #JeSoutiensLaGreveDesCheminots

    Le service public, c'est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas. Défendons-le !

     Une vidéo, en live, ce matin, sur FB, au sujet de la notion, d'esperance, qui est liée à l'adaptabilité.

    https://www.facebook.com/nielaubin.francoise.1/videos/171618753650649/?comment_id=171644483648076 

    Pour soutenir financièrement, la grève des cheminots.

    https://www.leetchi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7

     "Pinterest", vient à l'instant, de me demander de décrire "l'épingle", que j'ai appelée, "tout est poil et éthique", au sujet de cet article qui défend les cheminots en grève.

     Voici, quelle est ma réponse:

    Cette épingle est conforme à celles qu'on utilise en couture, une fois qu'on a posé "le patron",

    sur le morceau de tissus, le tissus social, pour le cas présent,

    où l'on tente de faire passer le service public, pour une toile à pavé.

     Pour ceux qui ne connaissent pas encore les dates précises, pour s'organiser, voici un lien.

    https://www.lci.fr/societe/greve-sncf-avril-2018-dates-prevision-calendrier-trafic-2018-entre-le-3-avril-et-le-28-juin-2081815.html

     

     En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • "DIRE ET FAIRE DIRE"..... Ou comment, apprendre à s'exprimer est la base de la résolution, du moindre conflit.

      C'est la base de tout, vous dis je, difficile de dire plus vrai, il me semble.

       Pour cette raison, tous les moyens sont bons, que ce soit, en classe, ou la maison,  dès qu'il y a la moindre occaion, il faut tout faire pour que la Voix sorte, afin que la Voie soit trouvée. oui, c'est France Inter, qui avait un slogan de ce genre,  (c'est qu'ils sont bigrement bien inspirés, ces gens, là), il y a quelques années, et je n'avais pas dû être la première à poser l'index, à défaut du bout de ma grande baveuse, celle d'une vache normande, à l'avoir ainsi remarqué.

       Il fût un temps où je parlais, au sujet de donald trump et de ses écarts de langage, comme m'apparaissant, comme "sa kalachnikov' verbale"....

       Depuisle temps qu'on m'emmerde littéralement, avec la chanson, d'Edith Piaf, "non, rien de rien, je ne regrette rien", et bien voilà, il y a peut être certaines choses pour lesquelles j'éprouve des regrets, mais ça n'est certes pas d'avoir usé de telles métaphores, à plus forte raison, quand on observe à quel point, effecivement, moins l'être humain manie le langage parlé, plus il est enclin, à user des armes, et à le revendiquer, politiquement...comme aux USA. CQFD.

      Je reviendrai, sur le sujet, plus encore, par des activités, en region, que je suis, ou que j'ai pu voire, afin d'en parler, et de les commeter, parce que comme en toute chose, c'est encore, par le sexemples, qu'on est les mieux placés, pour pouvoir en juger, bien plus que par le discours, qu'il soit ecrit, ou parlé.

     Ce soir, donc, j'ai certains de mes amis, qui font parti d'une troupe du coin, et qui se produisent, à Pavlly à la halle au grain, là, où ma maman vendait son beurre, il doit y avoir environs, 65 ans.

     L'AthéA (Atelier THÉâtre de l'Austreberthe).

    http://www.pavilly.fr/Accueil-Agenda-fr-Votre-Maman-269.htm

    Les membres de l'AthéA (Atelier THÉâtre de l'Austreberthe) seront sur la scène de la Halle aux Grains samedi 17 mars à 20h30 avec la pièce " Votre maman " de Jean-Claude Grumberg !


    La pièce est brève mais elle dit beaucoup. " Votre maman " de Jean-Claude
    Grumberg est comme ces petits romans-fables qui, en peu de pages, résumentla condition humaine.


    Un homme (Didier BIDAUX) rend visite régulièrement à sa mère (Simone Duparc) souffrant de la maladie d'Alzheimer. à chaque fois, il est accueilli par le directeur de la maison de retraite (Francisco OTERO), qui lui apprend les derniers caprices de la vieille dame, en commençant par ces mots, suivis d'un silence : " Votre maman...".


    Pour le directeur, ce qui compte, c'est le rendement; il doit faire face au manque de personnel, au manque de matériel, mais pour le fils, il n'y a que sa mère qui compte et elle a toujours raison face au monde entier, même si sa mère ne le reconnait pas toujours... Et peu à peu, émerge l'histoire tragique de cette femme.


    Mais, n'allez pas croire qu'on ne rit pas ! on rit beaucoup dans cette
    pièce, on rit même quand on ne devrait pas le faire !


    Tarifs et Réservations :

    Tarif normal : 9 € / Tarif spécial : 6 € / Tarif enfant : 4,50 €


    Informations : 02 32 94 52 06


    Billetterie en ligne ou directement à la Maison Pour Tous : 02 35 91 83 00

    Vente de billets sur place : samedi 17 mars dès 19h45
    Tél : 02 32 94 08 61

    samedi 17 mars 2018 - 20h30

    Lieu : Halle aux Grains

    En cours de commentaires.

    Lire la suite

  • A chaque cause sa fleur !

    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/une-jonquille-pour-curie-le-combat-de-la-jeune-lucie-soignee-d-un-cancer-des-reins-a-l-institut-1520880586

       Depuis quelques années, en effet, il arrive souvent, que pour attirer l'attention, sur une cause en particulier, on utilise la symbolique de la fleur, en en déterminant, une, en particulier... Par sa symbolique, chacune d'elle peut effectivement le revendiquer, comme si chacune d'elle, avec ses petits sépales et étamines, levés droit vers le ciel comme autant de petit bras levés, vous disait :

    "Allez fais pas ta vacharde,

    fais pas ton couillon, achète moi, 

    Pour toi, te faire plaisir, ou pour ta copine, ta maman, ta belle soeur,

     et pourquoi, pas, soyons originaux,

    POUR TA FEMME, 

    Ta cuisine, ton salon, tes toilettes,  ta salle à manger, ta salle de musculation,

    ta chambre, ton garage, c'est pour telle cause"....

     ET vous, tout comme moi, couillon, comme vou êtes, et bien vous l'achetez.

     Et vous savez quoi ?

     LES FLEURS ONT TOUJOURS RAISON !

     Et là, j'entends une petite vois, qui e dit.... mais enfin, VRAIMENT, TOUTE LES FLEURS ???

     Aucun souci, celle dont personne ne veut, les vertes, les moches, moi, je les aime toutes autant, et les chritanthèmes, c'est pour ma pomme !

     

    Lire la suite

  • « He had a dream team », ou quand le Mexique viendra sauver les USA des griffes de l’industrie agricole et productiviste….

    Désolée, mais là, après quelques jours, un peu sensibles, dus à des problèmes strictement personnels, mon imagination débordante………DEBORDE  EFFECTIVEMENT.

       N’oubliez jamais qu’un utopiste, n’es qu’un imaginatif, qui a quelques trains d’avance, ce qui est effectivement mon cas, et c’est la prétention, de considérer que c’est ce qui fait ma valeur.

     Tout me semble clair, à présent, comme de l’eau de roche, je dirai, et pas comme celles, qui coule d’un robinet d’eau géré par VEOLIA….. Depuis des années je m’égosille par ma plume à prêcher, pour une agriculture, où il est plus raisonnable de veiller  à nourrir son voisin,  que de nourrir l’humanité….

     Bon, ça va avec l’Humanité, hein, et puis quoi, encore, et pourquoi, pas l’humanisme aussi, pendant qu’on y est, mais si, vous savez, ce mot vulgaire, que les « libéraux » de tout poil, considèrent comme une glu idéaliste, pour ne pas dire, bien pensante,  au point que le pape François, joue les bon samaritains, , en accueillant des migrants…

     Non, mais puis quoi, encore… ?

     Humaniste, humaniste, est ce que j’ai une gueule d’humaniste ?

     Et puis pourquoi, pas prendre soin de son prochain, aussi, pendant qu’on y est ?

     Ho, l’autre, et comment qu’il se la pète, et une aumône par ci, et une aumône par là…..

     Alors, que merde, à la fin, un bon coup de pulvé, par là-dessus, pour peu qu’on colle les migrants, logé en bonne place, bien au bord des champs, là, où la rampe d’arrosage, leur permet de jouir de la bonne dose, on ferait ça, juste à la tombée de l nuit, en bonne agriculte, « reraisonnée », et ni vu ni connu, en choisssant le bon, produit, en principe, des la matin, on peut aligner les corbillards…

     Enfin, merde, c’est quand m^me pas sorcier, putain, de merde, vous collez Vladimir pour faire la vaisselle, au l volant du tracteur, et puis voilà, lui qui a dore jouer aux apprenti chimistes, ça serait trop fun, non…

     Bon, pour plus d’efficacité, on peut aussi operer par traitement, avec les petits avion, aussi.

     Et oui, observant, la video, il y a quelques jours, sur France 2, (saloperie deservice public, je vous jure, ils n’en ratent jamais une, ceux là, il ne perdent rien pour attendre, tiens)….

     Et bien la video, était logée sous l’aile de l’avion, dites donc…

     Incroyable, comme vision ;

     Alors, ma question, est la suivante…

     Comme il fait, Vladimir pour faire la vaisselle, pour déterminer à quel endroit, il vient de passer, pour déterminer, à quel endroit, il  doit repasser… ???

     « ha mais mais non, mais la technique, c’est TOP, oui, oui, avec l’ordinateur e bord, bien sûr, à quelques dizaine de mettre, prés franchement, pour epu qu’il y ait un peu de vent.., en principe, il vise juste le gars, à peut prés aussi  précise que l’albatros, dans Bernard et Bianca. Cc’est bon, là, vous la tenez bien, l’image ?

     J’espère AU MOINS que les industriels de l’agriculture, aux USA ont pensé à loger les mexicains, au bord de leurs parcelles…. Sinon, à quoi  ça rime d’avoir voté trump, franchement, je vous le demande.

     Bon, voilà, en gros, la situation.

     Donc,  là, il joue aux représentants s de commerce, pour des bâtisseurs de murs.

     Alors, moi, je postule…

     Le premier mur, est directement inspiré, d’une actualité brûlante, sur le plan idéologique, puisqu’il s’git de la version, DAMAS….

     A ne pas confondre, avec le tissus.

     Vous pouvez alors, observer de véritables trous de bombe, qui l’ont déjà détruit, avant même que le mur ne soit construit, ce qui permet de gagner un temps absolument considérable.

     La seconde version,  est ce qu’on appelle « le mur gaufrette »,  plus spécialement adapté, au sol sablonneux, qui, je le souligne, présente, l’énorme avantage, d’adapter aussi, aux tablettes e chocolat,  symbole si cher à c  vladimir pour faire la vaisselle,  et à tous les adeptes du body bulding, et inversement proportionnel, à la quantité de neurones.

      Alors, cette version, fait les honneurs de mon compte twitter.

    https://twitter.com/francoisefersen

    Mais là, où ça devient très inspirant,  c’est de croiser  ce non événement, avec un reportage, que j’ai vu, il y a quelques jours, encore sur le service public, décidément, ceux là,  ils n’en ratent pas une.

    https://mexique-decouverte.com/cactus-mexicain-plante-vitale/

     je trouve ça vraiment passionnant, et l’adaptabilité des végétaux,  ne cesse de m’émerveiller.

     Dommage, qu’ils ne parviennent pas toujours, à s’adapter à la connerie des humains, soit dit en passant.

     Voilà, le message, que je viens de leur laisser.

    « Bonjour, j'ai vu un reportage, hier, sur le cactus raquette, enfin, ça ne doit pas être son nom, comestible, et ses bienfaits, je rédige un article contre trump, et je rebondis dessus, enfin, après avoir, retiré les épines, sinon, ça pique !

    Je ne retrouve pas le lien…

     Ce cactus pousse tout seul sans le moindre produit, et je suis bluffée d’apprendre un truc pareil…

      D’apprendre ça, d’un cactus, qu’on appelle « cactus raquette »,  l me fait marrer, parce que ça me renvoie au tennis, et à la fameuse balle de match, qu’avait  fait, Chang, devant Lendle, à Roland Garos, je ne sais plus en quelle année,  en remportant le match,  avec le service à la cuillère !

     Alors, je ne sais pas, ou pourrait parfaitement imaginer, que dans la culture du cactus, se trouve  une anti dot, pour contrecarrer  les pesticides, ou autres produits, phytosanitaire, à défaut de parvenir à fournir une véritable antidote, contre la connerie….. Surtout si elle est blonde, et suprématiste blanche.

     Ou bien alors, sur la totalité de la frontière mexicaine, ou érige des filets, pour jouer au volley ball, ou au tennis,  avec les raquettes des cactus !

    Bon, e puis pour couronner le tout, bien sûr, le père de Benoit....

     Marcel, de son prénom.

    https://www.youtube.com/channel/UCtcBQK79sCTfa4oxgoZew9A

     Bon, puisqu'il est question, d'un certain Cristobal, je ne vois pas pourquoi, je vous priverai de la groseille sur la caliçon, avec tonton cristobal, de ierre Perret.

     En cours de redaction.

     

    Lire la suite

  • Devenez jury du livre inter 2018 !

     Depêchez vous, et plus vite que ça, vous avez jusqu'à ce soir, Minuit, sinon, vous vous transformez non pas en carosse, mais en vielle guimbarde, qui tombera en rade,  au premier kilomètre, polluante au possible, avec le pot d'échamppement troué, c'est vous dire le dégat !

    https://www.franceinter.fr/livres/livre-inter-2018?xtmc=livre_inter&xtnp=1&xtcr=5

     Cette année, le jury sera coaché (on peut le dire ça ), par Leïla Slimani.

     je me souviens d'une de ses intervention, alors, qu'lle venait de sortir, un de ses romans, qui m'avait beaucoup touchée, par l'eclaiirage qu'elle donnait,  sur le feminisme, relativement à ses origines.

     J’en profite pour faire une mise au point, sur la relation à la lecture.

     Chacun, ne peut faire autrement, que de s’adapter, à ses handicaps.

     Moi, parmi d’autres, je suis dyslexique.

      Jamais diagnostiquée, je précise, parce que à cette époque, ça ne se faisait pas, on ne savait même pas ce que c’était, je le crains.

       Pour cette raison, il est pour moi assez difficile,  de parvenir à me concentrer longuement sur un livre.

       Ca ne signifie pas que je n’y parviens pas, mais j’y parviens, avec trop de difficulté, pour que je puisse prétendre, lire tous ce que j’aimerai.

       Je lis, en fait, beaucoup plus d’articles de presse, toute presse confondue, excepté l’extrême droite, généralement, par nécessité, plus que par plaisir, pour alimenter mes réflexions, d’ordre politique, ou autres.

     Alors, oui, je lis quand même,  mais assez peu de livres….

      J’en lis malgré tout, surtout en ce moment, parce que je dois me préserver, vu ma situation, « si particulière », et puis ma curiosité et ma nature combattante, fait le reste, mais nier que j’en fasse un complexe,  ne serait pas raisonnable.

     Certains vont trouver, peut être, que je suis bien sévère.

     Mais il m’arrive de me demander, si ceux qui lisent,  dans certains cas, y trouvent un si grand enrichissement que cela.

     Certes,  j’en entends déjà, qui doivent dire, « et bien ele, elle mene manque pas d’air »…

     Mais je ne plaisante pas !

     Certains jugent un album de Musique, ou de chanson, en disant froidement, qu’ils l’ont entendu, en faisant autre chose….

     Moi, quand j’écoute un disque, je l’écoute, en ne faisant rien d’autre, je suis concentrée, et  je suis apte à juger  de la qualité, d’autres formes artistiques, de façon aussi subtile, selon des critères qui me sont propres, tels que celui, d’observer  selo quel degré, l’objet artitique, sera capable, ou pas, de m’embarquer, quelque part, de me faire partir, à tisser des liens, avec d’autres choses, lues, ou entendues, quelquefois fort lointaines.

     Je crois, que la raison principale, qui fait, que j’ai du mal à lire, au-delà, d’une éventuelle dyslexie, serait aussi, que  je fonctionne beaucoup par l’image….

     Je ne suis pas certaine, que ce soit aussi accentué, chez quelqu’un d’autre.

       La  conséquence réside  dans le fait, que rapidement, je me fais le film, je suis plongée dans un univers, qui me prend mon énergie, alors, que j’ai souvent, « dans les pattes », depuis 5 h du matin, assez souvent, au bas mot, plusieurs heures de rédaction, d’articles, de politique, souvent, parce que je fais le plus difficile, tôt le matin….

       Je crois, en fait, que le fait que je lise si peu, serait dû, plus encore, plus simplement à un manque de disponibilité intellectuelle, tout simplement.

       Ecrire, comme je e fais, demande une grande énergie intellectuelle, même si j’cris, « des conneries », pour faire rire, quelquefois, alors, je ne trouve pas assez de temps disponible, pour le reste, et ça me frustre, parce que je sais que je passe à côté de beaucoup de choses  intéressantes.

       Parc contre, si jamais  vous avez besoin, d’un clown, pour faire l’animateur, je suis comme Vincent Delerm,  j’ai mon BAFA… « j’ai bon, là, non » ?

    Lire la suite

  • "Le parti d'en rire" est bien le seul, qui ne risque pas de se pervertir, au fil du temps.

    Comparativement,  aux partis politiques, partout dans le monde, je veux dire.

     Je précise cependant, qu'il n'est pas necessaire de chercher à discerner, si ça serait de ma part, un moyen  de mépriser la politique, parce que ça n'est pas dans mon intention.

      ça n'est d'autant pas dans mon intention, que Pierre Dac,  grand père de daniel, et de Mireile, sa mère, lui même avant de faire le mariol en costume cravate, avait milité et animé radio Londres pendant la seconde guerre mondiale.... CQFD.

       Le désamour des partis politiques est interpellant, en soi, j'ai deja bien travaillé sur le sujet, et je pense que les réseaux sociaux y contribuent largement, puisqu'il est toujours plus facile de laisser pleuvoir son mécontentement, que de faire l'effort de transmettre une approbation, ou  des idées ou observations politiques, comme si  cracher sur les partis ou les syndicats, ou autres pourtant pas necessairement institutionnels, d'ailleurs,  faisaient office de boucs emissaires.

       Pourtant, quand il existe une forme de dynamique politique, qui est personnifié par quelques personnes, qui elles même, ont un parcours,  et que ça correspond à une forme idéologique, qui se synthétise ainsi, ça me semble symboliquement, assez fort, et digne d'intérêt, ensuite, il faut s'y sentir suffisemment représentés, voir, écoutés, plus qu'entendu, pour sy sentir assez bien.

      Mais je ne vois pas comment, sur le plan administratif et juridique, il puisse en être autrement.... A moins de jouer, ripolinage sur ripolinage, comme le fait, le rassemblement national, pour parvenir à la même chose qu'avant.

      Et si le parti d'en rire, fait bien marrer et moi la première, je rappelle simplement que nous aussi, en temps qu'humoristes on peut aussi, "mal vieillir", et personne n'en est à l'abri...

    Lire la suite

  • Un peu trop vieux, Poutine, pour continuer avec son boucher, à jouer au petits chimistes... Non ?

       Un jour, alors que j'avais quatorze ans,  l'épicière de mon village crût bon de me vanner, au prétexte qu'à mon âge,  je ne devais pas jouer aux petites voitures...

       Nous avions, avec mes frére et soeurs,  des souches de hêtres sur le talus (caractéristiques du pays de Caux), des arbres quasiment morts, que mon père avait dû faire abattre. Les souches alors, rechipaient malgré tout, comme toujours.

       Alors, avec des petits couteaux, des vieilles fourchettes, ou je ne sais plus quels outils autoproclamés, purement bidouillés, inventés, et adaptés, selon ce qu'on avait trouvé, avec ma petite soeur, nous avions observé que  ça ressemblait bigrement à .... Une montagne....

       Il fallait donc faire ce qu'il fallait, décortiquer la terre entre les racines,  puis la dégager avec nos mains, pour y installer des routes, et y jouer avec nos petites voitures.... Incroyable, ce qu'on avait pu s'amuser, ainsi....

       A la campagne, on s'amuse d'un rien, pour peu qu'on ait la sagesse de s'emmerder, et que les parents laissent les enfants s'ennuyer, pour redonner ses lettres de Noblesses à l'imagination. ainsi, moi, Françoise, FILLE, si si, je vous assure, c'est pas parce que Totoche, dans l'Ecole Buissonnière, à une chienne qui s'appelle "Garçon", et que Antoine de Caunes, dans POPOPOP, sur France Inter  à un cochon, qui s'appelle HENRI, parce que c'était mon surnom, enfant, que je doute du fait, que deja, si jeune il me semble me souvenir, que si si, j'étais bien une petite fille... Qui jouait aux petites voitures.... Et à la poupée  !

     France Inter, disais je..... FRANCE INTER DISAIS JE... FRANCE TELEVISION, il n'y a pas une chaine, du service public, PAS UNE VOUS DIS JE..... pas d'aventage, une station de radio, DU SERVICE PUBLIC, depuis des semaines, et des semaines, qui ne consacre leurs émissions, en log, en large, et en travers, à la Culture russe,  et plus psécialement, à leurs auteurs, leurs embassadeurs, et j'en passe...

     Vous doutez ?

     Je sais bien que j'ai toujours, adoré "la cerisaie", de Chekov', mais enfin....

     Vous doutez encore ?

     Et bien regardez.

    https://www.france.tv/france-2/stupefiant/110945-l-artiste-qui-defie-poutine.html

    https://www.franceinter.fr/emissions/ca-peut-pas-faire-de-mal/ca-peut-pas-faire-de-mal-10-mars-2018

      Je ne vais pas vous faire la liste, mais enfin, il ne se passe pas une semaine, sans qu'on ne parle de la culture russe, helas, un peu trop souvent de celle qui est passée, que de celle qui est actuelle, et pour cause...   Quand on "joue", à maquiller son régime en Démocratie, comme de sales gosses, font les jolis coeurs, aupres des jeunes filles, alors, que sur les réseaux sociaux, ils balancent et harcelent.... Franchement, c'est pas reluisant...

      Oui, je sais, il parait qu'il y a des opposants, maintenant, une femme, même, accusée, parait il,  de faire partie d'une mise en scène, dans le seul et unique bût, de laisser penser,  que Poutine serait en vérité, un "véritable démocrate"....

     On n'a jamais vu un veritable democrate, jouer comme il le fait, à l'apprenti chimiste, non non non non.

      Je suis assez perplexe sur le sujet, je précise. sur quoi ? Sur le fait, qu'elle soit sincère , ou sur le fait que ce soit une manipulation, de la part de Poutine ?

      "Les deux, mon général".....

       En effet, n'est ce pas relativement étrange, que certains opposants, pas particulièrement dangereux,  au sens terroriste, je veux dire, disparaissent mystèrieusement de la circulation, ou bien se trouvent assassinés, victimes colatterales, des jeux de l'apprenti chimistes, et pas uniquement, sur le sol russe mais aussi, sur le sol, anglais... alors, que curieusement,  k l'Algeterre fait son brexit....

      Quand je pense que lors, de ce vote, ma première réaction, fût de poser l'index sur le fait, que c'était le pire à faire, sur le plan de la sécurité, difficile d'en faire une meilleure démonstration.

      Alors, que curieusement, cette jeune femme, contre qui je n'ai rien, je le précise, elle, bizarrement, est épargnée... Il l'a même autorisée, à critiquer, le fait qu'il ait anexé la Crimée, dites donc... Mais elle joue bien son rôle hein...

     La Crimée, en guise de "susucre", en sommes, "fait le la belle", t'aura droit de te présenter. Et sans avaler ton bulletin de naissance, dis donc...

     Et bien merde, alors !

      "Vilain, monsieur Poutine, très vilain, monsieur Poutine", avec sa blouse blanche de petits chimiste, il mettait des petites lunettes rondes, pour l'occasion, c'est fou, ce qu'ils ont bien pu s'amuser, jusque dernièrement, avec leur boite de petits chimistes, poutine (plus besoin de majuscule, à present, hein, ça sert plus à rien), et bachar el assad....

      Et oui, c'est important, de mettre une blouse, BIEN BLANCHE pour jouer aux petits chimistes, parce que quand on manie l'antax, ou ce genre de chose, ça fait des trous, et ensuite, le poutine, il se fait engueuler par bobonne,  parce qu'elle refuse de rapetasser... Et puis le blanc, ça lui parle bien, à Poutine... aussi blanc, que le nouveau groupe terroriste...

      Comment s'appellent ils,deja ? le GSIM... Oui oui, vous avez bien lu.

    https://www.20minutes.fr/monde/2231275-20180304-gsim-groupe-djihadiste-revendique-attaques-ouagadougou

      Groupe d'intevention, et de soutien de l'islam et des musulmans.

       Vous m'excusez, pour le fait de ne pas mettre de majuscule non plus hein, je les économise, ça vaut des sous, il parait, plus cher que le bitcoin, pi celui là, au moins, hein, faut pas déconner non plus.

       Et les mecs, ils chient pas la honte, ils s'habille tout de blanc... Pour un peu, ils se feraient passer pour des premiers communiants. il faut dire qu'avec le savon d'Alep, forcément.

       Bon, alors, surtout, ne vous firez pas aux apparences, hein, c'est pas parce qu'on est fringué en blanc,  qu'on est necessairement, quelqu'unde fréquenttable, par contre, considérant que idéologiquement, les théorie lobotomisantes du front national,  nouvellement appelé, "machin, truc, que c'est pas encore sûr, ni décidé", plus communement, appelé MTQCPED, (machin, truc que c'est pas encore decidé), vu qu'elle a deja commencé les travaux de ripolinage de printemps, et qu'ils trabuchent deja, il devraient s'échanger leurs aderesses de blanchisserie, et puis comme ça, ils auraient des prix.

       Je compatis pour les musulmans de la planète entière, franchement.

       Enfin, je veux dire que si comme beaucoup, j'ai des soucis avec l'Islam, parce que c'est une religion qui induit une véritable dévalorisation de la femme, et que ça me révolte, je n'ai jamais rien eu par contre contre les musulmans, qui comme moi, n'ont pas choisi la religion qu'on leur ait imposée, par l'intermediaire de leur culture, et l'education, de leurs parents.

       Je ne sais pas dans quelle mesure, ces hommes là prétendent véritablement avoir quelque chose à voir, avec un Dieu,  qu'ils revendiquent, ou si leurs portures, kalachnikov' à la main, (tiens tiens tiens, une arme de fabrication russe, il me semble, non ?...),  ou s'il ne s'agit, comme toujours que d'un prétexte, pour s'accaparer le pouvoir, sans le moindre raisonnement idéologique, ou religieux, au sens noble du mot ou de la pensée....

      Mais une chose est certaine, cependant, c'est que si jamais il existe, (ce qui reste une hypothèse, je le rappelle),  ils vont griller sur les flamme de l'enfer, au point, de parvenir à chauffer gratos,  au moins, les 20 plus grandes métropoles, du monde civilisé, enfin, qu'on appelle comme ça....

      Putain de bordel de merde, je te dis pas la gueule du méchoui...

      Quand on pense que ces cons, là, nous font chier, avec les énergies fossiles.... Ben oui, le pétrole, c'est bien une énergie fossile, non ?

     Enfin, fossile, fossile... FAUX CILS, mais vrais borgnes, en tout cas, ha, mais c'est pour ça, qu'il réapparait, le père le pen, mais oui, enfin, suis je bête ! à manger du foin, alors, ça, alors....

     En cours de redaction.

    Lire la suite

  • Un militantisme pas nécessairement assumé, alors, MOI, je le revendique en leur nom.

       Si j'ai cette prétention, c'est simplement parce que le sujet du militantisme, est une question qui est souvent posée, par des journalistes, des animateurs, ou des chroniqueurs, quand un artiste est invité, par exemple, et qu'il arrive souvent, qu'il réponde de façon biaisée, ou intentionnellement à côté de la plaque, ou "noie le poisson dans l'eau"....

       Autant  avoir la prétention  s'asphixier un oiseau, en plein vol dans un ciel d'air pur, et vierge de toute pollution...

       Oui, je sais, par les temps qui courrent, c'est assez difficile,  surtout à l'approche des grandes métropoles,  comme Paris, mais c'est ignorer qu'on est oiseau bien plus par le coeur et l'âme, qu'on ne l'est physiquement..... OUF, merde, je l'ai echappé belle, vu ma silhouette....

       S'il bottent en touche, ça n'est pas seulement par solidarité envers les italiens, moi, qui suis si attentive, à ce qui s'y passe actuellement sur le plan politique, mais aussi, simplement parce que dans l'idéal, un artiste devrait considérer que ce qu'il ait voulu transmettre, ce qui l'a ému, quand il a ecrit sa chanson, ou autre, et ce qui je l'espère, l'emeut encore, quand il se produit en spectacle, ou en concert,  devrait passer parce qu'il a créé, en premier lieu... Et pas que par un effet un peu pervers, que ce soit plus le discours, autour de ce qu'il a produit, qui soit perçu au détriment, de l'oeuvre en elle même....

       Là, j'en vois qui se disent, "mais alors, à quoi on sert" ???

       Les intervenants journalistes, chroniqueurs ou animateurs qui parlent d'un artistes, jouent un rôle fondamental, de vulgarisation.

       Parce que chacun de nous, de façon inconsciente, fonctionne avec des oeillères, et bienheureux, ceux qui ont la sagesse d'en être conscients, pour le depasser.

       D'autre part, parmi les auditeurs,  ou les téléspectateurs, se trouvent des personnes, qui pour diverses raisons, auraient pu, à un moment de leur vie, bifurquer, vers une activité artistique,  pas necessairement, sur le plan professionnel je précise, ou peuvent encore, et entendre parler et discuter d'un artiste, permet de lever le voile,  un voile qui ne revêt  aucune connotation religieuse, je le précise, afin de donner de lui, une image plus accessible, peut être, ou un éclairage différent, de ce qu'il a créé,  et donc, pourquoi pas, suiciter l'envie, ou le désir, d'aller voir plus loin, et d'aller écouter.

       Ce point peut sembler anectotique, alors qu'au contraire, il est fondamental. on prétend toujours, que pour aller le mieux possible, à défaut d'aller franchement bien, il ne faut jamais oublier, ses rêves d'enfants...Et bien si l'Art peut aider à être heureux, le phénomène d'identification aux artistes, est juste absoluent fondamental....Il faut juste avoir le courage de le reconnaitre vraiment, et de l'accepter.

       Sur ce point, pas uniquement moi, mais  n'importe quel secteur artistique, et les artistes eux même, ne peuvent que saluer, le service public,   qui sur le plan culturel, quelque soit le domaine, regarde de sa hauteur, n'importe quel chaine, ou radio privée, qui eux, jamais n'ont été capables, de faire preuve de la moindre audace, pour jouer ce rôle de découvreur, préférant toujours, aller à la facilité de ce qui plait,  au détriment, du rôle de découvreur....

       Et s'il est un point sur lequel, Radio France, ou France Télévision, peut voir venir, c'est bien celui là.... Oui, j'y suis pour beaucoup, c'est vrai, mais c'est dans leur ADN, depuis bien longtemps, et je n'ai rien inventé, sur ce point, les concernant, je n'ai fait que poser l'index, sur ce qui serait profittable de mettre en avant, et désigner, ce qui etait bon, et moins bon, ou toxique.

       En fait, juste... l'essentiel.

     8 avril 2018.

       Bon, là, autant vous dire que ce matin, là, je vais marcher sur des oeufs, et en général, il y a de la casse.

       La chanson, comme n'importe quelle autre forme artitique, peut être preçue, selon différents degrés, ou je dirai, selon différents éclairages,  ces éclairages étant  conditionnés par le vécu de chacun, relativement à son histoire personnelle, mais aussi, selon sa culture, sa sensibilité, et son histoire traumatique, le tout donnant un cocktail, où il peut arriver que le manque d'estime de soi, ait pour conséquence, que seul le premier degré, nous soit accessible...

      Quand cette posture, est un état constant, il s'agit toujours, je crois,  d'un manque d'estime de soi...

      Quand c'est occasionnel, comme ça m'arrive quequefois,  il est généralement le fruit,  d'une souffrance véritable, quelquefois très profonde, ou liée à un stress, qui peut mettre quelques heures, ou quelques jours, ou plus, à  se dissiper.

     En ce qui me concerne,  "on" (Thomas Fersen, et moi), commence à s'inquieter veritablement, au bout de 48h.

       Je mets au défit qui que ce soit,  de ne jamais en avoir fait l'expérience...

       Vous allez tres mal, vous êtes en position, de stress intense, chacun gère à sa façon, certains vont picoler, ou prendre autre chose moi, je ferme ma gueule, et je pleure, comme une fontaine, pendant des heures, s'il le faut, et je tente de ne faire chier personne, en dehors, de Thomas, bien sûr, qui en prend généralment, plein la gueule.

      Une chose est certaine, en tout cas, c'est pas le moment de me faire chier, et pas d'aventage, celui de tester mon sens de l'humour....Mais jamais, au grand jamais, je ne prendrai quoi, que ce soit, ni me vengerai, d'ailleurs, sur qui que ce soit, parce que ça ne m'a jamais menée nulle part... YOGA, respiration profonde, et accepter de pleurer, hurler, s'il le faut, et accepter la souffrance, parce qu'elle fait partie de la Vie...

     Ca ne signifie pas s'y complaire, je précise, juste acepter, philosophiquement, qu'elle existe, et qu'elle est inéluctable.

     Apres tout, chaque rose à ses épines.

     Face à cette situation, certains, quelquefois, réagissent mal, à certains artistes.

     Il en est ainsi, face à Orelsan,  qui a été attaqué, par certaines féministes.

     Il en est, dans le domaine de la chanson, comme dans n'importe quelle forme artistique, que selon notre cheminement personnel, la lecture sera différente.

     Je pense qu'il existe, chez certains chanteurs, un côté "sniper", que je comparerai volontier, avec la comparaison, de la corde, sur laquelle marche, certains humoristes, eux aussi....

      Dans le cas de Orelsan, quand il avait utilisé l'expression, "je vais te marie trintigner".... Je suis désolée, mais le fait, même d'utiliser cette expression de ma part, ne m'avait pas semblé, être de nature, à porter atteinte, à Marie Trintignan, d'une part, mais signifiait, justement, que par la médiatisation de son issue fatale, son cas était devenu si emblématique, qu'il représentait, à lui seul, la symbolique de la violence faite aux femmes, et notamment, quand elles en meurrent...

      Oui, c'était violent, je le concède... Mais un chanteur, quand il chante, il joue un rôle... Il joue un personnage.

      Je veux dire, que pour bien d'autres artitses, quelquefois, parler à la première personne, parce qu'ils endossent un rôle, pour expliquer la psychologie d'un individu,  ou d'un fait de société, on prend ça en pleine poire, et ne pas avoir la distance necessaire pour le reconnaitre, me semble pour le moins inquiétant...

      Qu'on soit choqué(es), et qu'on le dise, par voie de presse, c'est necessaire quelquefois, mais de là, à aller porter plainte, là, pour le coup, c'est franchement toxique.

      J'avais entendu, une interview, de Simone Signoret,  quand elle avait joué "les Diaboliques", je crois, où elle expliquait, que certaines femmes la méprisaient, ou s'en prenait à elle, dans la rue, au point, qu'elle hésitait à sortir parce que certaines personnes etaient incapables, de faire la différence, entre les rôles qu'elle jouait, et ce qu'elle était, dans la vraie vie.... 

      Pour le coup, effectivement, du coup, les interviews, peuvent s'avérer nécessaires, pour remettre tout à plat....

      Benjamen Biolay, dans une de ses chansons, parlait à la première personne, d'un jeune des banlieues, embrigadé par le djihad, (même si ça n'était pas dit, explicitement), ou susceptible de l'être.... cette chanson m'avait beaucoup interpellée, par la justesse de l'analyse, qu'il en faisait, pour en décrire, l'état psychologique, et qui pourrait être assez stupide, pour croire, que l'intention, aurait été de cautionner, cette posture ? QUI ?

      Est ce que Thomas Fersen, devrait être considéré comme cautionnant, les violences faites aux femmes, au seul pretexte qu'il ait chanté, "les femmes préfèrent les méchants".... Vraiment ?

      Alors, on pourrait me répondre, qu'ils devraient plutôt, être sensé, intégrer le fait, que ces textes, puissent, blesser ou choquer.

      Pour ce qui est de choquer, précisément, ça peut aider à la prise de conscience, quelquefois.

      Ensuite, s'ils devaient tenir compte du fait, que ça puisse déplaire, c'est assez simple, plus aucun artiste, n'oserait quoi que ce soit, parce qu'il existerait toujours quelqu'un, qui pourrait être offensé....

      Moi, quand j'ai découvert, "les valseuses",  j'ai été choquée, à l'époque, par la scène du train, ou Brigitte Fossey, se fait masturber, et je pense que je n'ai pas été la seule... C'est pas pour autant, que je vais remettr en cause, l'ensemble du film, même à l'epoque,  le realisateur, ou même les acteurs.

      Je veux dire, que je commence vraiment, à en avoir ras la casquette, de voir, que n'importe qui, fait des procès à n'importe quel artiste, pour des raisons, pour moi, qui sont irrecevables...

     ÊTRE CHOQUE ET ACCEPTER DE L'ÊTRE ME SEMBLE SAIN ET SALVATEUR....

      Peut on  considérer que la chanson, serait aussi « libre d’expression », que le serait n’importe quelle production artistique ?

    La question mérite d’être posée.

     J’ai revendiqué, plus haut, et je persiste, malgré le paradoxe que je vais exposer, à le prétendre.

     Le challenge est le suivant.

      Est-ce qu’un chanteur, qui sort un disque, une chanson, et qui la chante, sur scène, dot être considéré, comme un acteur, qui dirait un texte, un auteur  dont il émane, et qu’à ce titre,  il jouirait, de la même tolérance, que je revendique pourtant.

      Si je pose cette question, c’est parce qu'en temps que féministe, nous sommes confrontés (oui, car il existe aussi des hommes féministes), quelquefois, à certains d’entre eux, qui par leurs textes, provoquent les foudres, de certaines d’entre nous, les femmes, mais d'hommes, aussi, enfin, j'espère).

      Pour moi, ça ne fait aucun doute, je ne fais aucune différence, entre les différentes formes artistiques .

      Je prétends, par exemple, que quand Thomas Fersen, chante « l’iguanodon »,  il se met dans la peau d’un pervers sexuel, et qu’il narre son ressenti, jusqu’au passage à l’acte, et jusqu’à sa culpabilité qui accompagne la gravité de son acte, il joue un rôle, comme le jouerait un acteur, sur une scène, qui interpréterait un texte dont, soit dit en passant, il ne serait pas l’auteur, mais qu’il cautionnerait.

      Qui oserait prétendre, pour autant, que Thomas Fersen,  pour cette raison,  cautionne la démarche d’un pédophile ?

      Personne bien sûr.

     Enfin, j’ose l’espérer.

        C'est-à-dire qu’on a du talent, ou on n’en a pas….je veux dire, que certaines harmonies musicales, certains mariages de notes, appellent à la compassion, et oui, je fais mon Manoukian, pour le coup, parce que je suis parfaitement consciente, que moi, parlant composition musicale, c’est carrément, « RV en terre inconnue » , alors, ça m’amuse beaucoup, mais ça n’est pourtant que la vérité, certaines harmonies musicales appellent à la compassion, c’est comme ça, on n’y peut rien, moi, c’est la couleur, et les harmonies de couleur, Thomas Fersen, ce sont les harmonies de notes, faudra vous y faire !

      Je veux simplement dire, qu’une chanson forme un tout, synthétiquement pourtant, parfaitement naturel, et comme Thomas Fersen, parle de ses chansons, comme une petite poupée, qu’il habille, comme bon lui semble, il a habillé l’Iguanodon, des harmonies musicales, qui lui allaient le mieux, dans la démarche, qui était la sienne, et qui ne consistait pas, vous vous en doutez à faire la promotion, de la pédophilie ou du viol.

      Mais ce que vous dis là, c’est notre cuisine interne, celle là,  dont vous ne prenez jamais connaissance, tout comme quand vous allez au restaurant, vous n’avez pas accès, généralement, aux cuisines !

      Et pour mes calligrammes, et bien c’est pareil.....

     On aborde ainsi, le délicat problème de la censure….

     Je vais prendre un cas extrême.

       Imaginons, qu’un auteur, décide de raconter à la première personne, le cheminement d’un violeur ou d’un criminel, qu’il décrive le plaisir qu’il ressent, et à quel point  il est fier et satisfait,  de ce que lui, violeur, criminel, ou pédophile, il commet.

      En somme, cet ouvrage ferait l’apologie du crime.

      Est ce que les éditeurs, qui auraient refusé de l’éditer,  seraient perçus comme des censeurs ?

      Supposons, qu’il se trouve un éditeur assez fou, au sens pathologique, pour l’éditer.

      Le livre sort.

     Déjà, les libraires, je pense, feraient obstacle.

     Seraient ils considérés comme des censeurs, par certains ?

      Vous qui me lisez, en temps que citoyen, apprendriez qu’il existe un livre qui vient d’être édité, qui fait l’apologie du crime, comment réagiriez vous ?

      Moi, je vous le dis clairement, je suis, il me semble, d’une tolérance infinie, face à la liberté d’expression.

      Mais un ouvrage ou une œuvre, qui abordant le crime, n’aurait pour seul objectif, que d’en faire l’apologie, je ferai tout,  non seulement, pour ne pas qu’il soit édité, mais plus encore, pour interpeller, l’auteur, afin  de comprendre, ce qu’il poursuit, comme objectif, et COMPRENDRE…..

      Si j’explique cela, ce matin, c’est juste pour démontrer que de s’ériger contre la censure est effectivement, parfaitement honorable, et effectivement souhaitable, dans un pays démocratique, mais qu’il peut arriver aussi, que pour des raisons parfaitement recevables, on revendique la censure.

      Je crois, en vérité, que la censure, en Démocratie, c’est exactement, comme le châtiment corporel, en matière d’éducation….

     Si vous collez une gifle à votre enfant, parce qu’il a passé les bornes, plus que largement…..

     Il est choqué, ce qui est bien normal….

     Vous en temps que parent, avez commis un acte, relativement inquiétant, à mes yeux,  ce qui m’est arrivé, rarement…. Très rarement.

     Mais à chaque fois, je me suis dit :

     « mais qu’est ce qui m’arrive »…. Généralement, je m’excusais, auprès de ma fille, et j’ouvrais le dialogue, sur les raisons, afin de repartir d’un bon pied.

     Comme vont mes filles ?

      Très bien, je vous remercie, elles  sont adultes, désormais, la trentaine, environ, et quand on a merde  à se dire, on se le dit….. Et on en rit beaucoup.

      Oui, j'ai des filles qui m’ont très bien élevée, c’est vrai, et je suis aussi fière d’elles, qu’elles le sont de moi, enfin, j’ose l’espérer.

      Et bien la censure, en Démocratie, c’est pareil…..

       Je pense que l’idéal, est qu’elle n’émane surtout pas, d’une forme d’autorité, mais bien des éditeurs, tous secteurs confondus, et des diffuseurs, comme des gérants des structures qui les diffusent…..

       Eux, sont parfaitement légitimes  par leur choix, si tel est leur désir, sachant que de toute façon, ils y sont contraints, pour de simple raisons  professionnelles, qui tiennent aux choix, qu’ils sont obligés de faire, quand ils choisissent de donner leur chance, à tel artiste plutôt qu’à tel autre, ou plus prosaïquement, de respecter, une orientation culturelle, vers un choix revendiqué, sur une saison, par exemple.….

      Que chacun, tienne sa place et prenne conscience, qu’il a la chance de vivre en Démocratie, et fasse son travail avec passion, et conviction, voilà, ce que je revendique, pour le pays qui est le mien, la France.

     Mais revenons à la chanson.

       Précédemment, je revendiquais pour la chanson, une liberté d’expression aussi large, que n’importe quelle autre forme artistique.

      Je ne peux m’empêcher de revenir sur le jugement, pour le moins sévère qu’en avait fait Serges Gainsbourg, sur le fait qu’il la considérait comme un Art mineur.  Position, que je désapprouve.

       Je la considère comme majeure, au contraire, précisément parce qu’elle est la forme artistique la plus spontanée, et la plus naturelle, et donc, pouvant toucher n’importe qui, y compris, un illettré, ou qui n’y ait jamais été instruit, parfaitement susceptible, d’en être touché, et ému.

      Car c’est l’argument, que retiennent les intellectuels, parait il, pour déterminer, si un Art serait majeur ou mineur… Qu’il nécessité un apprentissage, ou pas, pour y a voir accès.

      Posture,  contre laquelle je m’érige totalement, parce que justement, c’est par le fait populaire, en opposition à leur posture, que je revendique, haut et fort, que la chanson, serait  un Art aussi majeur, que n’importe quelle autre forme artistique.

      De façon générale, je considère qu’un artiste, lorsqu’il crée, doit impérativement au minimum, dans la genèse, et l’idée même de son projet, être redevenu, un jeune enfant.

      Si je parle, uniquement de sa genèse, ou de l’idée même du projet, c’est que je sais, mieux que personne, que certaines formes artistiques,  nécessitent un travail colossal, complexe, assidu, où l’âme d’enfant, n’est plus présente, ou en tout cas, de façon systématique.

      Démarcher des investisseurs pour financer le projet d’un film, passer des semaines, ou des mois, à composer des arrangements sophistiqués, pour une chanson, ou une œuvre plus complexe, on est bien loin  de l’âme d’enfant, vous en conviendrez….. Mais c’est bien l’enfant qui est en vous, pourtant, qui a allumé la mèche, si je puis m’exprimer ainsi enfin, en tout cas, le plus souvent.

      Si je revendique de ne faire parler que son âme d’enfant, dans sa démarche artistique, c’est surtout, parce que d’en avoir conscience, implique nécessairement que la spontanéité, mariée  à nos joies, ou à nos chagrins les plus intimes, doivent avoir pour mission, de nous éloigner, le temps  de la création, dans sa genèse, au minimum, de tout aspect mercantile, intéressé, ou carriériste….

      Voilà, la raison  principale, et je dirai viscérale, qui justifie à elle seule, la noblesse que la société, quelque soit sa culture, devrait reconnaitre aux artistes.

      Parce que quelque soit la forme artistique revendiquée,  ce sont eux, et eux seuls, donc, écrivains compris, ça va sans dire, qui détiennent le pouvoir véritable  de hisser la Culture, dans les sphères les plus altruistes,  de synthétiser les époques, en réactualisant, et interprétant les œuvres du passé, pour les faire vivre, ou revivre, et les conjuguer au présent, mais bien plus précieux encore,  par leur instinct surdimensionné, de prévenir des dangers à venir…..

      A ce titre,  quelque soit le régime en place, dans quel pays, dont il soit question, jamais, quelque politique qui soit, ne devrait sous estimer, l’importance des artistes, qui  sont les seuls, je dis bien, LES SEULS à pouvoir revendiquer, d’être à la fois, ceux qui portent l’alertes, tout autant que potentiellement, capables, d’en soigner les maux.

      Certes, un tel palmarès, est susceptible de faire verdir de jalousie, n’importe quel politique….

      Il n’est pas question, pour moi, de ternir le politique, mais uniquement, de mettre en avant, que les artistes voient toujours plus loin, que ne voient les politiques, même si ça dérange.

     Mineur ou majeur, L'argument de de dvoir y être instruit, pour être considéré comme "majeur".

     En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • Quand les marées noires inspirent, moi, Shakespeare.

    Moi, je m'en souviens fort bien, Normande que je suis, même si je n'habite pas tout prés de la côte.

      J'étais au lycée Jeane d'Arc, à Rouen,  à cette époque, et en cours d'Art plastique,  nous avions travaillé sur le sujet, avec notre prof, Maryvone Lacoste,  qui était bretonne d'adoption,  je me souviens de mon dessin, qui n'était pas bon.

       Comme quoi, la motivation, ça ne suffit pas toujours. Mais je ne savais pas que certains chanteurs Gainsbourg, et Alain Barrière, avaient écrit des chansons sur le sujet.

       Il est probable que certains autres, ou bien d'autres artistes, peintres, poètes, ou écrivains, aient fait des choses, sur le sujet, non ? C'était tellement effroyable, cette histoire.

       Sauf erreur de la  ma part,   il me semble que TOTAL, avait fait appel de la condamnation, non ? Il y a environ  15 ans... Enfin, il me semble, et que la délégation bretonne avait du remettre le couvert, et refaire le voyage aux USA.

       Je m'en souviens fort bien, puisqu'ils m'avaient demandé mon point de vue, et j'avais rédigé un article, pour motiver les troupes.

     On doit pouvoir retrouver ça, sur le forum babaorum.

    http://francoise.babaorum.info/index.php

        Sinon, vous demandez à Thomas Fersen, breton d'adoption, lui aussi, il vous dira où il le planque, l'article, je veux dire.

       Bon, sinon, j'ai été fort interpellée, de voir que les effluves, pétrolières du torré canyon, la première marrée noire, après avoir frappé, les côtes anglaises  auraient frappé Port blanc.... Alors, que sur le carte,  donnée dans le reportage de FR3,  cette vague de pétrole, serait arrivée non  loin de Loquirec, si j'ai de bons yeux, alors, que port Blanc, est à côté de Vannes, en Bretagne Sud....

       Je sais bien que j'ai beaucoup à voir avec le noir et blanc,  NOIR COMME LE PÉTROLE, mais de là, à en perdre le sens de "l'Orient", ta tion, A CE POINT.....

       Je ne monterai jamais en bateau, avec le marin d'eau douce, qui ait eu cette folle, un jour d'inventer  une telle boussole !
     Bon, sinon, bientôt, l'anniversaire, de la catastrophe, alors.... le 16 mars.

     

    Lire la suite

  • Moi, je pourrai méditer, mais si on veut bien m’éditer.... Michel Jonasz.

     Je cherche un éditeur.... C'est vrai qu'au sujet des chercheurs, il arrive souvent que je les aide à passer du statut de chercheur à "trouveurs", et pas trouvaires, mais en attendant, pour ce qui concerne l'édition, je cherche encore.

     En dehors de choper au vol, une superbe occasion de les voir créer une nouvelle collection,  ce qui me ravit, mais moi, je reste toujours sur le bas côté.

     Quoi qu'il en soit, je "père sévère", alors, qu'il ne me frappait jamais, ce qui est un comble !

      Les éditions de Michel Jonasz, me tentent bien, parce que c'est un chouchou, non pas de ceux qui se magent, mais réécoutant des anciens disques de lui, dernièrement,  je suis tombée nez à nez avec certains morceaux, fort interpellants,  que je decouvrais et dont relativement à leurs dates de sorties, je ne risque certainement pas de les avoir été inspirés... OUF... Mais super interpellant quand même, cette histoire. Quand je disais, dernièrement, que c'était affaire d'inconscient à inconscient....

    http://www.micheljonasz.fr/includes/accueil_fr.html

     Et puis de grâce, n'oubliez jamais de privilégiez les librairies, qui se donnet tant de mal, pour preserver, une consommation, de la lecture, viviante, et humaine, et pas les amazon et autres.... Et puis s'ils ne l'ont pas, et bien commandez le, ça vous donnera l'occasion d'y revenir, tout simplement.

    Lire la suite

  • Un acte sacré, je dirai même divin.....

        Le secret de l’inspiration, je crois que j'en connais pas mal sur le sujet, réside dans le fait, que comme l'Amour, l’Amitié, ou quelque forme d'attachement, dont il soit question, il s'agit d'être suffisamment bienveillant, vis à vis de soit même, pour parvenir à retrouver une forme de perméabilité à notre environnement, au sens le plus large possible.

       Donc sa vie personnelle, qui est la première source d'inspiration, le plus souvent, mais aussi, les sujets de société, et donc, aussi, pourquoi pas, la politique, puisque "tout est politique".

       Le second aspect réside dans le fait, d'avoir conscience qu'un artiste, quelqu'il soit, ou quelle qu'elle soit, existe au delà du processus artistique, et c'est bien là, que se trouve la veritable bouée de sauvetage, quand le manque d'inspiration, fait jour.

     

     La Vie, quoi.....

       Avec ce qu'elle comporte de plus ordinaire, comme d'aller chercher ses enfants à l'école, et se dire, d'un air pensif, ou pensive, "qu'est ce qu'on va manger ce midi" ?

    Lire la suite

  • Spectacle vivant, pendant, et post covid19.

     J'ai pas mal bossé, sur le sujet, depuis le debut de la pandemie, même, si ce travail, n'a pas encore été mis, à disposition.

     Depuis quelques semaines, mois, enfin, je n'ai pas compté, j'ai notamment bossé, sur un projet de livre, un nouveau, quasiment terminé, qui parle des gafa,  sous plein d'angles differents, et notamment, precisement, dans le rôle positif, qu'ils jouent, depuis l'avenement d'internet, mais aussi, bien sûr, par le revers de la medaille, qui voulait deja, avant que la pandemie, ne sevisse, laissait crever de faim, bon nombre d'artistes.

     Ce livre va s'appeler, "gafa crevette et pêche à pied".

     Je dois rajouter un chapitre, au sujet de la vente sur internet, E bay et amazon, et la disparition des petits commerces dans les villes, et puis faire la couverture, et ensuite ça sera au top, enfin, pour moi en tout cas, je vous tiendrai au courant.

     Bon, sinon, aujourd'hui, jour mémorable, s'il en est,  le premier concert live, donné en la ville de Barentin,   au theatre Mondory, avec la totalité des consignes, respectées, ça va sans dire, et  ça sera,

    "Mes souliers sont rouges".

    https://souliers-rouges.com/

     

    Lire la suite

  • Vous voulez de mes nouvelles ?

      Je me pose cette question, pour tout dire, parce que je suis assez absente des reseaux sociaux, et je soupçonne, que ce soit le cas, alors, je vous explique.

       J'ai différents projets de livres, qui sont en cours, et sur lesquels, je travaille chaque jour, tôt le matin.

        Chaque matin, aussi, de bonne heure, je fais, une chronique audio,  que j'enregistre sur mon portable, uniquement, en son.

        J'ai postulé, dans différents endroits, pour avoir une chronique,  et à ce titre, il est donc logique que je démontre que je tiens le ryhtme, chaque matin,  sachant d'autre part, que dans certaines situations, il peut être jugé necessaire, voir indispensable, que certains de mes textes ou articles, restent dans l'ombre,  de façon provisoire, je vous rassure, pour des raisons, que je qualifierai, sur le plan politique de purement stratégique.

       Néammoins, en dehors de quelques unes, où, j'ai piqué une grosse colère, apres "word", pour des raisons purement technique, et où par conséquent, j'avais du à avoir recours, à mon cahier de brouillon, comme une bonne éléve devant son devoir, certaines chroniques, seront éventuellement posées, sous forme d'articles, ici même...

       Enfin, si vous êtes sages.

       Sinon, j'ai aussi, environ, 70 masques, taille enfants,  qui sont quasiment terminés, que je vais dispatcher,  partout où j'ai des relations dans les écoles.

    Lire la suite

  • Quand je réécris les chansons de Thomas Fersen.....

     Ho lala, poulette, où c'est t'y que tu t'y crois, là, ma fille"....

     Bon, je caricature, bien sûr, j'ai une plus grande gueule que Thomas, c'est vrai, mais aussi, je n'ai pas son talent, en temps qu'auteur, pour écrire une chanson, aussi bien ficelée, qu'un saucisson pur porc....

     Oui, je suis fille de cochonnier, y aurait il quelqu'un, que ça dérangerait ?

     Néammoins, le coq en question, n'a qu'à bien se tenir, et si j'ai eu envie quelquefois, de m'imiscer dans certains petits récits, je sais fort bien que lui, était et est encore aux anges, quand ça se produit, au moins autant qu'un coq en pâte,  qui fleure bon le bouquet garni, thym laurier, avec un fond de  vin, pour arranger la sauce....

     Bon, inutile de préciser que ce travail, quand ça lui tombe entre les doigts, il disparait mystérieusement de mes ordinateurs, et il garde ça au chaud, un peu comme le panari dans la chanson, "le tord boyau", de Pierre Perret, pour que ça murisse, en temps et en heure...

     Aussi, à intervalles réguliers, le Fersen à poils durs,  ne se prive til pas, par quelques allusions subtiles,  que ce soit en me parlant, ou que ce soit directement, dans des emissions, d'y faire allusion, parce qu'il en redemande....

     BREF, je vais donc, de temps en temps, non pas, vous  délivrer l'objet artistique, pour la simple raison que je n'en ai plus aucun en ma possession, mais uniquement, vous les évoquer, par pur plaisir...

     Comment, dit on, deja ?

     Ha, oui, "faire monter la sauce !"

    Lire la suite

×