philo

  • Le printemps des poètes 2020, "le courage".

    Ce printemps, le thème du printemps des poètes, à consacré la manifestation, sur le thème du courage.

    Je pense l'être, "relativement".

    Mais une question se pose, à savoir, saisir l'opportunité, d'interroger le sujet, plus largement, sur le plan historique, sociétal, en somme, en explorer les contours, y compris, dans l'image, qu'on renvoie aux autres, qu'on soit célèbres, ou qu'on ne le soit pas, qu'on soit médiatisé, ou qu'on ne le soit pas.

    On peut se demander, par exemple, si quelqu'un, ou quelqu'une, perçu(e), comme courageux(e), par certains, ne le serait pas tant que ça, observé(e) par d'autres, parce qu'ils adoptent des valeurs qu'ils ne partagent pas...

    On peut se demander, aussi, si le courage est bien réel, dans l'hypothèse, ou la personne concernée, n'aurait agi, plus parce qu'on l'y aurait contraint(e), que par conviction véritable.
    je ne porte aucun jugement particulier, en prétendant celà, ni sur mon cas personnel, ni sur le cas de qui que ce soit d'autre.

    Je prétends juste, que les manipulations sont perverses, et que de le reconnaître, en croisant ce fait, avec l'expression, "l'enfer est pavé de bonnes intentions", on réalise que cette perversion, si bien intentionnée soit elle, intoxique les relations humaines, bien au delà, de ce qu'on n'aurait soupçonné.

    Une autre réflexion me vient, sur le sujet, qui réside dans le fait, que pour y voir plus clair sur ce sujet plus philosophique, qu’artistique, une fois n'est pas coutume, il ne me semble pas superflu, de regarder le verre, à moitié vide, et à ce titre, juger, la lâcheté...

    Et en observant, et disséquant la lâcheté, alors, on discernerait peut être mieux, la définition du courage.

    Bon dimanche, à tous les coachs, "si bien intentionnés".

    Lire la suite