théâtre

  • Comment rendre abordable une forme artistique ?

      Pour commencer, il faut commencer, en temps que parents, mais aussi acteurs de l'enseignement, par avoir conscience, que c'est aussi important, que d'apprendre d'autres matières, couramment plus valorisées, dans les instances, de l'education nationales, mas aussi, des parents.

      Et oui, je sais, certains sont encore convaincus que d'être familiasié(e), avec ce qui est artistique, de toute façon, ne peut être qu'accessoire.

       Pour commencer, il faut avoir la franchise de discerner, le fait d'ambitionner de devenir artiste, du fait d'ambitionner d'en être familier....

      Et oui. pourquoi, est ce que j'eprouve le besoin, de faire cette différence ?

     Simplement, parce que beaucoup de jeunes aujourd'hui, sont un peu (beaucoup ) paumés pour diverses raisons, dont la principale réside, non pas dans le fait que l'orientation scolaire ou les perspectives de carriere, dans tel domaine, ou tel autre, qu'il aurait aimé, lui semble mal indiquées ou ors d'atteinte, face à ses resultats scolaires, notamment, mais bel et bien, parce que le gouvernement actuel entretient (involontairement, je l'espère), un climat d'insécurité sociale, qui est perceptible, bien au delà, de ce que les médias ou internet, leur donnent à voir....

     On peut effectivement, casser le thermomètre, comme sait si bien le faire Macron...

     Mais franchement, quand on est jeune aujourd'hui, il faut s'accrocher, non  ?

     Apprendre, que les differences, entre les riches et les pauvres, s'accroiende plus en plus, et voir que le gouvernement, ne change pas son fusil d'épaule....

     Observer, qu'une mamy qui a trimé toute sa vie, en ayant cootisé sa vie entiere, touche une retraite, qui ne lui permet même plus de trouver un logement, et qui doit dormir, dans sa voiture...

     Et lui, qui rame, comme c'est pas permis, pour ne pas sombrer, dans son collège, son lycée, ou sa FAC.

     Sur le pallier d'en face,  son mec la cogne, elle voudrait se barrer, mais elle n'ose pas, parce qu'elle n'a pas de famille, et ne sait pas où aller.

       Comme il est dit dans les commentaires, sous la video, "il n'y a pas grand chose, qui ait changé depuis"? Et je pense que ça doit être assez vrai.

       Partant de là, s'interroger, sur ce que la culture, la frequentation des lieux qui y sont dédiés, peuvent être interrogés...

       Ha ça, pour les bonnes intentions, surtout pour les effets d'annonce, politiquement, y'a toujours le gratins des politiques, aux ministères de la cultures, qui la ramènent, "bien sûr que les jeunes, doivent avoir acces à la culture"...

       C'est même au point, qu'on leur a accordé  de la part du ministère de la culture, via les conseils généraux,  des facilité, sous différents formats réductions, ou acces gratuit.

     Et dernièrement, qu'est ce qu'on apprenait, que bizarrement,  ce budget, ne parvenait pas à ses fins,  ou si vous préférez, que les jeunes n'en jouissaient quasiment pas.

    ILS ONT LA TETE AILLEURS.

     Non, mais attendez....

       'est à dire, qu'on avait pas pigé, au sein de d'education nationale, et de la culture, dont jose espérer, qu'il existerait, au moins, une filiale de pigeons voyageurs, qui leur permettent de comminiquer entre eux, qu'un jeune qui angoisse sur son avenir, renoncerait à se cultiver, artitiquement, AU PRETEXTE QU'IL EST PAUVRE....

    Voir le sketche de Bigard, sur les pauvres....Il me fait toujours rire... Parce que pauvre, je le suis aussi.

    Seulement voilà. Il arrive un moment, oùil faut bien reconnaitre, que de rire d'un problème aussi granve, en aucune façon, ne saurait suffire.

     Peut on rire de la pauvreté  ? Oui, bien sûr, mais ça ne peut passser, que si vous n'êtes pas riche, sinon, vous passez, à juste titre, pour un gros con, ce que vous êtes effectivement.

     Ha, j'en vois qui se disent, "mais enfin, alors, on ne pourrai pas rire TOUTOU ?

      Je repondrai OUAF OUAF, pour commencer...

      Ensuite, bien sûr que si, on peut rire de tout,  je dis bien, DE TOUT.... On peut aussi, ne pas avoir envie d'en rire,  et pour autant, fermer sa gueule, et ne pas éprouver le besoin de prendre part au lynchage, poursuites judiciares, ou autres persécutions, dignes de rassurer n'importe quels integristes, quelles que soient leurs croyances.....

      Moi aussi, certains matins, j'ai une gueule de con,  et rien ne me fait rire, parce que je vais mal, c'est pas pour autant, que je vais éprouver le besoin, d'aller déglinguer, untel ou une telle, quelles que soit la méthode.....

      Mais revenons à nos jeunes.... Ben oui, dans la merde sociale, qui s'annoncent, c'est clair, qu'à leurs yeux, la culture n'est pas la priorité.... On n'a jamais vu, quelqu'un, aller, au spectacle détendu, en ayant le ventre vide, ou dormant sous les ponts....

      Mais alors, au sein du ministère de la culture, être con au point de ne pas comprendre ça à la base... Je dois dire, que ça me déconcerte.

      On va à présent, se pencher sur ce que l'Art et plus encore, peut être ? Enfin, non, pas "eut être" mais plutôt, SURTOUT, le spectacle vivant peut apporter à l'être humain.

      Dans les milieux les moins favorisés, on sous estime souvent, son importance.

      Pourtant, elle est fondmentale, parce qu'elle est plus susceptible de faire bouger, certains curseurs, dans le cheminement personnel, de tout à chacun, mais bien plus encore, devant un enfant, ou un ado....

      Pourquoi ?

      Parce que ce sont des âges, où par définition, on est plus perméables émotionnellement, d'une part, mais aussi, parce qu'un adulte en devenir, a bessoin d'exemles, à suivre de référents à imiter, ou à qui s'opposer, au delà de son cercle affectif primaire, que sont ceux qui sont chargés de son éducation.

     Oui, il y a les médias, il y a la télé....

      Mais entre voir, un film, à la télévision, et le voir  au cinéma, ça fait deux, le changement de cadre, compte beaucoup, (enfin, pour moi), et s'il peut voir, "en vrai", sur une scène, de préférence, petite la scène, pour observer, la même chose, la portée est alors bien plus forte encore....

      Quand j'étais au collège, enfin, au lycée Thomas Corneilleà Barentin, ou allait, quelquefois, au Theatre Mondory, pour voir du theâtre.

      Je devais n'avoir que 14 ans. Enfin, environ, je n'étais jamais allée au théatre de toute ma vie.

     La troupe du theâtre des deux rives, à Rouen, venait jouer une pièce de Berthold Brecht. Bon, j'avais pas compris grand chose..... Et francement, c'était pas du comique.

     Mais ça m'avait beaucoup marqué, qu'à quelques mètres de moi, des gens, dont le choix de la profession, etait de jouer un rôle, pour raconter une histoire, venaient de Rouen, rien que pour ça.

     Pour la musique, c'est pareil....Pour qu'un enfant, puisse avoir une perception juste, de ce que jouer un instrument, peut apporter, encore faut il, qu'il ait l'opportunité, d'assister à des concerts, les plus modestes possible, au debut, quand ils sont jeunes, et ne les y emmener, que s'ils en ont envie, sinon,  non seulement, c'est peine perdue, mais en plus, c'est contreproductif.

     Ce raisonnement, ne vaut, que pour le pectacle vivant.... Il  vaut aussi, pour le cinema, mais dans une moindre mesure.

    Pour ce qui concerne certaines formes artistiques, comme la musique classique, ou l'opéra, ils souffrent d'à prioris, qui hélas, ont la vie dure, et méritent d'y prêter, une attention plus grande encore....

     En effet, ne dit on pas, "la grande musique", comme  s'il en exitait, une plus grande que l'autre....

     Pour moi, non, encore, que je seraib ien tentée, de considérer, comme plus alytruiste, celle qui precisement, viendrait du peuple...

      Mais c'est surtout pour faire chier les intellos qui vont aux concerts, que  s'ils s'y trouvent entre eux,  que les places y sont fort cheres,  afin d'être sûrs que les pauvres, ne viendraient pas s'y perdre, et qu'ainsi, ils y restent dans leurs grdins, "entre gen bien nés"........

    Attendez. La cuillère en argent avec laquelle ils sont nés, oui, dans la bouche, selon l'expression.. Imaginez, donc, à quel endroit je leur suggère de se la coller, leur cuillère en argent ?

     C'est bon, là, l'image, vous la tenez bien....?

     Voilà, comme on dit vulgairement, "ça, c'est fait".

     Bon, autre chose....Petite précision...

      Ca n'est certes pas les artistes eux même, que j'incrimine, je le précise, bien que comme dans toute categorie sociale, y compris, dans le milieu artistique, je ne vois aucun raison, pour que la connerie, n'ait laissé fleurir, quelques uns, ou quelques unes, mais malgré celà, (ou bien alors, on m'aurait menti...), je n'ai aucun doute précisément,  sur le fait que les stalles que certains passionnés de musique classique, ou d'opera, s'évertuent à vouloir maintenir, volleraient en éclat, pour peu que les acteurs culturels, au sein des services concernés, dans les villes, et aux ministères de la culture et education,  tomberaient, pour peux que cette volonté, soit bien présente, et que par les actes précisément, on l'observe.

     je precise, qu'il existe enormement d'inititives, partout, en France, mai aussi à l'etranger, pour d'une part, proposer la possibilité d'avoir acces, à ces formations,  en temps qu'artistes, et de detection...

     mais il n'est pas question, là,  de demarche artitique, en temps que "voyeur", ou "consommateur", d'Art.

     Oui, je sais, j'ai beau tremper dedans, à ma façon, depuis ben longtemps, je n'ai toujours pas reussi à trouver, le bon mot, pour parler, de l'être humain, qui va entrer dans une galerie, pour se remonter le moral, alors, qu'il est fauché comme les blés, y compris, s'il n'est pas BIO...

     Pour parler de celle, qui cuisine, en écoutant son chanteur, ou sa chanteuse preferée, et qui passe un savon, à qui aurait l'intention de décider, de qui, elle doit ecouter, "ou pas"... (parce que c'est qui, le chef, dans la cuisine ?  quand, c'est elle, qui y bosse ?

     Pour parler de l'autre, qui va rester, devant un beau paysage, que jamais personne n'a remarqué, mais que lui, voit comme beau...  Ou bin, juste, un truc minuscule, qu'il est seul à observer, que personne d'autre, ne verrait,  ALORS QUE C'EST DE L'ART, AUSSI...

     Comment dire ?

     Sur France culture, je crois, ils avaient répondu, en utilisant, le mot, REGARDEUR....

    Alors, je propose, "ECOUTEUR".

     J'imagine alors, votre tête..

     Alors, voilà, le défi est lancé, si quelqu'un a une idée, qu'il se dénonce.

     Depuis bien des années, beaucoup d'inititives voient le jour,  sous différentes formes. 

     Que ce soit à l'inititive de certaines municipalités, ou que ce soit à l'inititive d'associations,  de troupes de theâtre, d'orchestres, de formations,  de chorales, ou quelque structure que ce soit,  généralement, combinées les unes aux autres, qui ont justifié, leurs creations, quelquefois, mais pas systèmatiquement, les faits sont là, et certains enfants, ont ainsi, la chance, de pouvoir bénéficier de ces formations, ou de ces ateliers, que ce soit, pour jouer, appredre la musique,  ou autre, ou bien pour se familiariser.

     Parmi les plus charismatiques, sur ce sujet, je note plus particulierement,  le travail de la maison de la Radio, à Paris, qui fait un travail remarquable, ainsi que les conservatoires de région.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_conservatoires_de_musique,_danse_et_art_dramatique_en_France

    https://www.maisondelaradio.fr/search/node/familles

     J'ai entendu, ces derniers jours, aussi, un travail, qui a été fait, par l'Opéra de Rouen, qui va en ce sens, l'objectif, etant de casser les à prioris, sur l'Opéra.

    https://www.operaderouen.fr/vous-et-l-opera/en-famille/

    https://www.franceinter.fr/emissions/carnets-de-campagne/carnets-de-campagne-31-janvier-2020

    https://www.atelierdelentonnoir.fr/page/466906-la-p-tite-histoire

     Bon, il est possible, que certains, ne voient pas tres bien, où je veux en venir. Et pourtant !

      Par définition, pour que des personnes qui ne sont pas familières de la culture, telle qu'elle est le plus souvent abordée et présentées par ceux qui ont eu la chance d'y baigner culturellement, il est bon de rappeler que la Culture, au départ, vient, "du ras des paquerettes", en un sens.... Et qu'à ce titre, il importe, de la mettre en valeur, descendue de son piédestal...

     Oui, je rappelle, que le mot culture, vient du mot, culte, et qui donc, fait référence au terroir, par association d'idées.

     Alors, statitiquement, vous courrez le risque de voir ceux qui s'en sentent écartés, en observer les acteurs, à plus forte raison s'ils sont bénévoles, ou d'un niveau social plus modeste, s'en rapprocher, et donc, par voie de conséquence, accepter objectivement plus facilement ce que ça leur apporte, s'y familiariser, et donc, accepter aussi que leurs enfants, si ça leur dit, en soient acteurs, et ne pas borner ce qu'ils attendent de leurs enfants, et petits enfants, à la fameuse formule "passe ton BAC d'abbod"....

     C'est précisément, par le brassage des genres artistiques, à la frontière du bénévolat, et des intermittants du spectacle, que se trouvent les clés, de l'accessibilité à la culture, pour les couches sociales les plus humbles, parce qu'elles peuvent alors s'identifier, et donc, l'accepter comme necessaire à leur équilibre personnel.

     De maniere générale, je vous recommande d'ecouter régulierement, les carnets de campagne, de Philippe Bertrand, parce qu'ils regorgent, de bonnes inititives, dans les régions, et les inititives, qui y sont "dénoncées", dans un fort pourcentage, considérant le fait que la culture, est le parent pauvre, dans la désertification des campagnes, alors, souvent, les associations, qui y sont presentées, travaillent, sur ce sujet. 

     Enfin, je dois parler, aussi, sur ce point, du travail, qui est fait, sur le plan mediatique, que ce soit à la télé, ou que ce soit, à la radio...

     Que ceux que je ne nomme pas, ma pardonnent, mais je ne peux pas citer tout le monde...

     Je citerai, André Manoukian,  qui explique comme personne, la génese des chansons, comme le font bien d'autres, comme Jean François Ziegel.

     Bon, alors, ces deux, là, moi, je dis, s'ils font des petits ensembles, gardez m'en un, et puis on le clonera, et je pense que je ne dois pas être la seule à le penser.

     Pour la suite, je vais faire plutôt en video, parce que je n'y résiste pas, à plus tard, sur ce sujet.

    Lire la suite

  • "DIRE ET FAIRE DIRE"..... Ou comment, apprendre à s'exprimer est la base de la résolution, du moindre conflit.

      C'est la base de tout, vous dis je, difficile de dire plus vrai, il me semble.

       Pour cette raison, tous les moyens sont bons, que ce soit, en classe, ou la maison,  dès qu'il y a la moindre occaion, il faut tout faire pour que la Voix sorte, afin que la Voie soit trouvée. oui, c'est France Inter, qui avait un slogan de ce genre,  (c'est qu'ils sont bigrement bien inspirés, ces gens, là), il y a quelques années, et je n'avais pas dû être la première à poser l'index, à défaut du bout de ma grande baveuse, celle d'une vache normande, à l'avoir ainsi remarqué.

       Il fût un temps où je parlais, au sujet de donald trump et de ses écarts de langage, comme m'apparaissant, comme "sa kalachnikov' verbale"....

       Depuisle temps qu'on m'emmerde littéralement, avec la chanson, d'Edith Piaf, "non, rien de rien, je ne regrette rien", et bien voilà, il y a peut être certaines choses pour lesquelles j'éprouve des regrets, mais ça n'est certes pas d'avoir usé de telles métaphores, à plus forte raison, quand on observe à quel point, effecivement, moins l'être humain manie le langage parlé, plus il est enclin, à user des armes, et à le revendiquer, politiquement...comme aux USA. CQFD.

      Je reviendrai, sur le sujet, plus encore, par des activités, en region, que je suis, ou que j'ai pu voire, afin d'en parler, et de les commeter, parce que comme en toute chose, c'est encore, par le sexemples, qu'on est les mieux placés, pour pouvoir en juger, bien plus que par le discours, qu'il soit ecrit, ou parlé.

     Ce soir, donc, j'ai certains de mes amis, qui font parti d'une troupe du coin, et qui se produisent, à Pavlly à la halle au grain, là, où ma maman vendait son beurre, il doit y avoir environs, 65 ans.

     L'AthéA (Atelier THÉâtre de l'Austreberthe).

    http://www.pavilly.fr/Accueil-Agenda-fr-Votre-Maman-269.htm

    Les membres de l'AthéA (Atelier THÉâtre de l'Austreberthe) seront sur la scène de la Halle aux Grains samedi 17 mars à 20h30 avec la pièce " Votre maman " de Jean-Claude Grumberg !


    La pièce est brève mais elle dit beaucoup. " Votre maman " de Jean-Claude
    Grumberg est comme ces petits romans-fables qui, en peu de pages, résumentla condition humaine.


    Un homme (Didier BIDAUX) rend visite régulièrement à sa mère (Simone Duparc) souffrant de la maladie d'Alzheimer. à chaque fois, il est accueilli par le directeur de la maison de retraite (Francisco OTERO), qui lui apprend les derniers caprices de la vieille dame, en commençant par ces mots, suivis d'un silence : " Votre maman...".


    Pour le directeur, ce qui compte, c'est le rendement; il doit faire face au manque de personnel, au manque de matériel, mais pour le fils, il n'y a que sa mère qui compte et elle a toujours raison face au monde entier, même si sa mère ne le reconnait pas toujours... Et peu à peu, émerge l'histoire tragique de cette femme.


    Mais, n'allez pas croire qu'on ne rit pas ! on rit beaucoup dans cette
    pièce, on rit même quand on ne devrait pas le faire !


    Tarifs et Réservations :

    Tarif normal : 9 € / Tarif spécial : 6 € / Tarif enfant : 4,50 €


    Informations : 02 32 94 52 06


    Billetterie en ligne ou directement à la Maison Pour Tous : 02 35 91 83 00

    Vente de billets sur place : samedi 17 mars dès 19h45
    Tél : 02 32 94 08 61

    samedi 17 mars 2018 - 20h30

    Lieu : Halle aux Grains

    En cours de commentaires.

    Lire la suite

  • Devenez jury du livre inter 2018 !

     Depêchez vous, et plus vite que ça, vous avez jusqu'à ce soir, Minuit, sinon, vous vous transformez non pas en carosse, mais en vielle guimbarde, qui tombera en rade,  au premier kilomètre, polluante au possible, avec le pot d'échamppement troué, c'est vous dire le dégat !

    https://www.franceinter.fr/livres/livre-inter-2018?xtmc=livre_inter&xtnp=1&xtcr=5

     Cette année, le jury sera coaché (on peut le dire ça ), par Leïla Slimani.

     je me souviens d'une de ses intervention, alors, qu'lle venait de sortir, un de ses romans, qui m'avait beaucoup touchée, par l'eclaiirage qu'elle donnait,  sur le feminisme, relativement à ses origines.

     J’en profite pour faire une mise au point, sur la relation à la lecture.

     Chacun, ne peut faire autrement, que de s’adapter, à ses handicaps.

     Moi, parmi d’autres, je suis dyslexique.

      Jamais diagnostiquée, je précise, parce que à cette époque, ça ne se faisait pas, on ne savait même pas ce que c’était, je le crains.

       Pour cette raison, il est pour moi assez difficile,  de parvenir à me concentrer longuement sur un livre.

       Ca ne signifie pas que je n’y parviens pas, mais j’y parviens, avec trop de difficulté, pour que je puisse prétendre, lire tous ce que j’aimerai.

       Je lis, en fait, beaucoup plus d’articles de presse, toute presse confondue, excepté l’extrême droite, généralement, par nécessité, plus que par plaisir, pour alimenter mes réflexions, d’ordre politique, ou autres.

     Alors, oui, je lis quand même,  mais assez peu de livres….

      J’en lis malgré tout, surtout en ce moment, parce que je dois me préserver, vu ma situation, « si particulière », et puis ma curiosité et ma nature combattante, fait le reste, mais nier que j’en fasse un complexe,  ne serait pas raisonnable.

     Certains vont trouver, peut être, que je suis bien sévère.

     Mais il m’arrive de me demander, si ceux qui lisent,  dans certains cas, y trouvent un si grand enrichissement que cela.

     Certes,  j’en entends déjà, qui doivent dire, « et bien ele, elle mene manque pas d’air »…

     Mais je ne plaisante pas !

     Certains jugent un album de Musique, ou de chanson, en disant froidement, qu’ils l’ont entendu, en faisant autre chose….

     Moi, quand j’écoute un disque, je l’écoute, en ne faisant rien d’autre, je suis concentrée, et  je suis apte à juger  de la qualité, d’autres formes artistiques, de façon aussi subtile, selon des critères qui me sont propres, tels que celui, d’observer  selo quel degré, l’objet artitique, sera capable, ou pas, de m’embarquer, quelque part, de me faire partir, à tisser des liens, avec d’autres choses, lues, ou entendues, quelquefois fort lointaines.

     Je crois, que la raison principale, qui fait, que j’ai du mal à lire, au-delà, d’une éventuelle dyslexie, serait aussi, que  je fonctionne beaucoup par l’image….

     Je ne suis pas certaine, que ce soit aussi accentué, chez quelqu’un d’autre.

       La  conséquence réside  dans le fait, que rapidement, je me fais le film, je suis plongée dans un univers, qui me prend mon énergie, alors, que j’ai souvent, « dans les pattes », depuis 5 h du matin, assez souvent, au bas mot, plusieurs heures de rédaction, d’articles, de politique, souvent, parce que je fais le plus difficile, tôt le matin….

       Je crois, en fait, que le fait que je lise si peu, serait dû, plus encore, plus simplement à un manque de disponibilité intellectuelle, tout simplement.

       Ecrire, comme je e fais, demande une grande énergie intellectuelle, même si j’cris, « des conneries », pour faire rire, quelquefois, alors, je ne trouve pas assez de temps disponible, pour le reste, et ça me frustre, parce que je sais que je passe à côté de beaucoup de choses  intéressantes.

       Parc contre, si jamais  vous avez besoin, d’un clown, pour faire l’animateur, je suis comme Vincent Delerm,  j’ai mon BAFA… « j’ai bon, là, non » ?

    Lire la suite