Piece montee des grands jours cover s200

Est ce que "la chaleur genèse", est chaude au point de stériliser, les ovocytes ?

  Bon, je reconnais que de passer,  de la genese d'une chanson au problème existentiel, et je dirai même philosophique, que represente aujourd'hui, la contraception, revêt un côté que certains pourraient percevoir comme perilleux.... Alors, qu'il n'est que susceptible, d'être denoué, que celle qui en connait, d'une part, les meandres, mais surtout, l'aboutissement....

   Et arrêtez donc, de tirer la langue, ainsi, vous êtes ridicules, le pavé, il tout trempé, maint'nant ! 

 C'était il y a bien longtemps, je dois le reconnaitre., Thomas fersen, n'arborait pas encore, sa longue barbe blanche, qu'il porte à present, qu'il peut chanter "le centenaire", mais AU PRESENT....

 C'était en l'an... je ne sais plus.....

 Je lui avait écrit, avec mon burin, et une grande pierre de calcaire, comme on avait coutume de le faire, dans les temps anciens.

 Et croyez-moi,  dix pages, recto verso, à traduire, sur une pierre de calcaire, au marteau, et au burin, putain, j’en avais chié !

 Ce jour là, je lui révélais, une partie de mon intimité, soyez sans crainte, chastes comme nous étions, lui et moi,  rien de sexuel, mais je lui expliquais simplement, que mine de rien, notre inconscient, nous jouait de sales tour, puisque la nature était faite de  telle sorte, que quoi, que fasse une femme, pour tenter de ne pas a voir d’enfant, si tel était son désir, de façon consciente, physiologiquement parlant, le corps, lui, d’une certaine façon n’en faisait qu’à sa tête, en rendant, par l’intermédiaire des hormones,  al femme bien plus amoureuse sexuellement, aux alentours, des jours, qui précédent, pendant, et qui suivent, l’ovulation, avec notamment, une sécrétion, de glaires, plus fluide, pour aider, le spermatozoïde, à atteindre l’ovule tant convoité….

 BREF., je lui racontais ça….

 Et quand « Pièce Montée des Grand Jours »,  par la chanson « saint jean du Doigt », est sorti, quelle ne fût pas ma surprise, de retrouver une expression, qui en était la parfaite synthèse, et qui  disait, « chaleur de genèse ».

 Voilà, pour la petite histoire.

 Ensuite…..

 Selon, une remarque que je lisais, dernièrement, et qui émane directement, du planning familial, il apparait désormais, que de plus en plus de femmes,  éprouvent, une réelle difficulté, à a accepter de  prendre la pilule, comme moyen contraceptif, sous pretexte qu’elles sont à base d’hormone.

 Soit, on peut comprendre….

  C’est une posture, que je reconnais comme acceptable, si la femme en question, mène une vie assez saine, pour pouvoir y prétendre, et  qu’elle évite, de se laisser polluer, face à son corps.

  Si tel n’est pas le cas, alors,  je trouve ça incohérent et stupide.

   Mais là, où le planning familial, tire le signal d’alarme,  c’est sur le fait qu’avec la caution, de certaines mamans,  certaines jeunes femmes choisissent,  délibérément, de ne prendre aucune contraception,  en parfaite connaissance de cause, parce qu’elle trouvent acceptable philosophiquement,  de pratiquer, la pilule du lendemain, ou un IVG….

   Qu’on ne se méprenne pas , je suis pour l’IVG, quand il répond, à une situation, de détresse… Mais je considère, que d’envisager l’IVG, comme étant un moyen de contraception, pour moi, idéologiquement, n’est pas recevable.

   Les travailleurs du social, souvent des femmes, elles  aussi, sont sur cette postur, qu’elles, trouvent, illogique et irresponsable.

   Aujourd’hui, ainsi, nous nous retrouvons, dans une posture, extrêmement étrange, et sur laquelle j’ai travaillé, il y a quelques jours, au sujet de l’azote liquide, dans lequel nous conservons, les gamètes, et les ovocytes.

   Aujourd’hui, en France, pour l’instant, cette méthode n’est acceptée, que dans le cas, de maladies qui  rendraient la femme stérile, comme dans le traitement d’un cancer.

   Il est probable que la loi, va évoluer, puisque déjà, certaines femmes, pour des raisons, d’ordre professionnelles,  généralement, vont faire congeler  leurs ovocytes en Espagne.

 Ainsi, nous nous retrouvons donc, avec l’incroyable paradoxe, qui suit.

 Nous avons affaire à des jeunes femmes,  (dont font partie mes trois filles, qui ont la trentaine), qui souhaitent, à juste titre,  choisir le moment, o elles, deviendront mères,  et donc, jouir d’une contraception, efficace, et non hormonale…..

   Parallèlement à cela, elles, revendiquent, parallèlement, d’avoir le droit de choisir, le moment, au point, d’aller revendiquer, de se faire injecter des hormones, pour que leurs ovaires un peu perçues, comme des mitraillettes à répétition, pondent des ovules, comme un poisson, pondrait des œufs, donc, en nombre….

   Puis une fois revenues chez elles, une fois déposée, leur magot germinal, à la banque d’ovules, de nouveau, elle, demandent à leur ovaires, d’être bien sage, et en gros, «  de pas trop faire chier ».

  Je ne suis pas dans le jugement, là, je le précise, d’ailleurs, il est possible que les filles, en soient là, aussi, et qu’elles ne m’en aient rien dit…

  Je pointe, jute une contradiction, absolument incroyable, qui consiste à revendiquer, d’absorber le moins de substances chimiques,  et plus précisément, hormonales possible, ce que je revendique, tout autant,  ce qui tendrait, en ce qui me concerne, à être la plus proche possible, de ce que je l dit mon corps,  alors, que dans les faits,  pour souvent, mais pas toujours, c’est pour des raisons, d’ordre social, ou professionnel,  qu’on joue, par hormone interposé, à l’apprenti sorcier.

  Sur un groupe qu’o vient de me donner, le sujet, est abordé, très largement. J’ai aussi laissé quelques commentaires.

 https://www.facebook.com/

chanson française chanson à texte

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire