C urs de neufchatel 01

Le fromage au lait "cru", parce que le cœur de Neufchâtel à ses raisons que la raison ne connait pas.

 Je crois, tu crois , il croit, nous grandissons, nous croyons, nous y croyons....

 Ho, l'autre he, comment, qu'elle nous la fait, la francinette...

   Un jour, sur le marché de Paaaaaavilly, comme dit ma maman, ici, là, "cheu nous", un marchand de fromages, cousin du marchand de boudins, dont j'ai deja parlé (ceux, qui me suivent, prendront le train, non sans avoir pris le temps de me lire, et de rattraper le retard, ho, les vilains),  et se la pétait, avec ses fromages de Neufchâtel....

   "Ho, là, mon p"tit gars, t'en vas surtout pas, nous la faire version, "petit suisses", et nous dénormandiser notre fromage,  ou je te colle un pain,  que tu feras au moins 10 tours dans ton slip, sans toucher l'élastique, non mais c'est pas vrai, ça !

   Et oui, Neufchâtel, y'en a un, en Suisse..... Parmi les tablettes de chocolat violettes,  figurez vous, ils ont caché, un Neufchâtel... Sans commune musure, avec le Normand, ça va sans dire...

   Un jour, donc,  au pays de fort fort fort fort fort normand, ici, en pays de Bray,  un "fermier",  pour ne pas dire, "un vacher",  les faits remonte à l'époque, où LACTALYS u DANONE, et autres industriels, n'avaient pas encore fait croire, à ceux qui  étaient au culs des vaches,  qu'il devaient conjuguer, le verbe industrialiser au temps, de la future mondialisation laitière, un vacher, donc, tombât amoureuse..... D'une femme.

  Oui, je sais, à cette époque, si jamais, il s'était agi d'une homme, c'eût été nettement plus problématique, mais enfin, pour une fois qu'un conte de "fait amoureux",  est au service d'un produit régional, vous n'allez quand même pas aller chercher la petite bête, pour ne pas dire la coccinelle, là, où elle ne se trouve pas...

  Oui, je sais, que Jean Lefèvre, lui, tombait amoureuse d'une vache, et puis ça n'a pas été le seul, il parait même que depuis quelques temps, c'est une maladie qui touche même les chanteurs, alors, je vous dis pas le merdier, pour ne pas dire, "la bouse"...

  Mais enfin, merde, puisque je vous dis, que le pauvre était hétéro, enfin, merde ! C'est quand même pas de sa faute, s'il etait tombé amoureux d'une femme, enfin, merde, à la fin !

   Puisque je vous le dis...

   On va quand même pas faire l'histoire du Neufchâtel, avec le petits doigt en l'air, à l'imaginer, en train de traire ses vaches, avec un collant en lycra rose bonbon, en train de refaire le coup de la malle, de Thomas fersen, pour un oui, pour un non, mais enfin !

Bon, les connaisseurs de races en voie de disparition, (bien le bonjour, monsieur periquet, en passant) auront reconnu, les plumes noires "corps beau", des poules de Pavilly, comme quoi, le fersen, il avait super bien anticipé, hein, parce que cette video, à Montreal, date de..... 2008  (ce qui n'est pas la dated e la mise en ligne, ne pas confondre).

 Quand je pense qu'à l'époque, il avait du courser les coqs, pour leur arracher les plumes du croupion, imaginez un peu la scène, heureusement, qu'il s'est vengé, dans le dernier disque, "un coup de queue de vache", en le faisant terminer dans la gamelle.

https://hexagone.me/2014/05/thomas-fersen-personnage-fables/

http://thomasfrancoisefersen.e-monsite.com/

 Mais vous vous croyez où, là ? Et une plume où je pense, quand même, non !

 Bon, on continue...

 Donc, il était amoureux...

 Et comme il était pincé, du côté du palpitant,  au point, d'en avoir perdu le sommeil le boire et le manger, que même un bon coup de calva, le soir, et bien rien à faire, il ne pouvait jamais faire autrement que d'y penser tout le temps,  au décolleté de son corsage, je veux dire, et qu'il voulait la marier....

 Ni une ni, deux, il s'est dit, "OK".....

 Y'a pas à dire, faut que je marque le coup....

 Il a alors eu l'idée de  créer ce fromage, en forme de coeur.....

 Alors vous me direz, que cette belle histoire, peut sembler un peu légère, pour argumenter, qu'il soit bon...

 Et vous avez raison, parce que la véritable raison, pour laquelle on mange du Neufchâtel,  (parce que neuf châteaux,  c'est toujours, mieux que huit,) d'autant plus que deux de mes filles, sont nées... Le 9,  c'est en tout premier lieu, parce qu'on s'en ferait péter la sous ventrière... Bon, l'idéal, c'est avec un peu de beurre, hein, ben, oui, "bon sang ne saurait mentir".

  Bon, il existe, je le sais, dans le lobbiing des fromages, un courant qui prétendrait, que pour vraiment apprécier ce fromage, il faut avoir une certaine prédiposition, à faire des caprices version, "chieuse", un peu, quoi, enfin, vous voyez ce que je veux dire.

 Version, "chochote des DS," vus que "caprice des dieux", c'est deja pris.

   Mais enfin, avec internet, vous savez les ragots, dans le monde de la  fromagerie vont bon train, et tant que les "caprices de stars", ne deviennent pas "caprices de Tsars",  version poutine, moi, je ne dirai qu'une chose, 'y'a pas le feu au lac".. Et encore moins à la mare.

   D'ailleurs, François Morel et les Deschiesn, l'ont bien dit avant moi.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire