Le violoniste de jazz Didier Lockwood est mort à 62 ans.

 J'ai appris ça hier, et ça me rend triste.

  J'ai une reltion particulière, avec tous les instruments acoustiques, plus encore, les instrument à corde, et plus intimement, aussi, les violons.

  Une histoire liée à mon adolescence, et un prof qui nous avait fait une réflexion, sur cet instrument.

  Didier Lokwood, comme d'autres violonistes celebres, ne touchaient particulièrement, et plus encre, lui, parce qu'il jouait du jazz, ce qui n'est pas si frequent, dans ce milieu des instruments à corde.

http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/le-violoniste-de-jazz-didier-lockwood-est-mort-a-62-ans-7792320247

  C'est pour cette raison que Thomas l'a sollicité, quand il a avait enregitré  "notre premier disque", pièce montée des grands jours", uniquement, sur le dernier morceau, qui m'est si cher, et qui s'appelle "né dans une rose".

 Pour a voir la version avec Didier Lockwood, il faut donc, ecouter le disque original, et suivant ce lien: https://www.deezer.com/fr/album/42134031

 Chose etrange, alors,  il a été terrassé, par une crise cardiaque, apres son concert de samedi soir.

  La veille, vendredi soir, je retrouvais ce gout, pour le violon,, par un concert, à Yvetôt, donné par un groupe regional, qui s'appelle, RADIX, qui se spécialise dans des partitions originelles, issues de differents pays des Balkans.

  Une pure merveille, et une ambiance du tonnerre.

https://lasaucebalkanique.fr/radix/

 Bon, et plus c'était pres d'che mè !

 La seule reflexion, qui me vient, c'est une chanson de Gilbert becaud, et qui s'appelle, "quand Jules est au violon".

 

 

 

  Ce qui est interpellant, reside dans le fait qu'ils nous expliquent un peu leur cuisine interne, à savoir, que donnant l'origine de la région de chaque morceau, voir, les conditions, réelles, comme ls mariages, ou les lieux où la partition aurait été retrouvée, ils nous apprennent qu'ils ont arrangé certains morceaux, qui à l'origine, ne connaissaient pas le violon, et encore moins le moindre instrument à corde, mais un accordeon soufreteux, et desaccordé... Ils chantent, juchés sur deux gros bidons en feraille, qui du coup amplifient fort judicieusement leurs percussions, qui me rappellent "dans le désordre", les percussions du BRONX,  un atelier musical à l'IMP d'Etennemare à Limesy, où j'avais été éducatrice stagiaire, et un reportage de "Faut pas rêver", qui racontait la vie d'un orchestre, monté exclusivement avec ces bidons, au fin de .Johannesburg....

  Ha, mais moi, je suis comme ça, hein, si on touche ma corde "sensible mais avec un objectif" (comme les affaires sensibles de France inter), ensuite, faut assumer ! 

 Sinon, pour la petite histoire, Didier Lockwood, etait venu accompagner Michel Jonasz, il doit y avoir environ 38 ans, à Barentin, au théâtre Mondory.

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/02/19/mort-du-violoniste-et-compositeur-didier-lockwood_5259066_3382.html

http://www.micheljonasz.fr/includes/accueil_fr.html

chanson française chanson à texte Emotions écriture invention imagination rêve concert musique composition

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire