Premier, second, troisième degré... celcius ?

 Il arrive, figurez vous, que découvrant certaines chansons,  d'un seul coup, on realise que la lecture qu'on peut en faire, matche particulièrement bien, avec l'actualité, qu'elle soit politique, ou qu'elle ne le soit pas....

 Et là, franchement, je pense en écoutant ça, à Macron. J'ai l'impression, d'être entrée dans le plus intime de son cerveau (sic!), ce qui me donne l'occasion d'appuyer sur la nuance bien réelle, qui existe entre ce qu'on appelle le fantasme, et le désir profond...

 Sujet, sur lequel, je vais revenir de façon plus approfondie, sur un autre sujet de société.

 Mais ne boudons pas notre plaisir, pour l'instant.... Là, il semble bien, que Macron sort de son sommeil, l'air ravi de la crêche, ça tombe bien, Noël approche, il doit être à l'heure de son errection matinale, un filet de bave, glisse aux coins de la commissure des lèvres, il doit aller pisser,  et il ne sait pas encore, s'il va le faire avant, ou après la chanson.

 D'ailleurs, le 5 decembre, alors, qu'une enquête à révélé qu'environ 65% des français, cautionnent la grève, je pense qu'on sera assez nombreux, alors, à lui signfier, à quel point, nous, on tient absolument à envoyer des petites flechettes, pour crever ses petits coeurs en ballons, et lui remettre son nez dans son caca, afin de le faire redescendre sur terre.

chanson française Humour autodérision

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×