5865547

Charlotte Bénard.

Zapping contrôlé.

 

Dis moi qui je suis....

https://www.facebook.com/watch/?v=1685155611578718

 Revoir la vidéo, en haut, de Charlotte Benard, sinon, vous serez saisi, d'un seul coup d'un seul, du syndrôme de non comprenage, assez sévère,  et vous grattant la tête,  vous risqueriez de vous égratigner les neurones.

 ET BEN OUAI, ma fille et moi, on a toujours été dingue, de comédies musicales américaines...

 ET PIS ALORS ?

 Ca vous défrise ?

 ET ben, justement, puisqu'on en parle...

 La video, ne dit pas tout...

 Ce qui ne dit pas Gene Kelly, justement, c'est ce qu'il advient du parapluie, une fois qu'il a fini de jouer les gogo dancer, sous la pluie....

Tout ça, parce qu'il des papaillons dans son calbut, trempé, le calbut, vous imaginez bien, heu, dans son petit coeur de midinette...

 Petite parenthèse...

Quand on connait, ou qu'on imagine les conditions de tournage à cette époque, au USA,  je n'ose imaginer à quel point, ils ont dû se cailler les miches,  et combien de séances de répétitions, ils ont dû subir, pour avoir enfin, la scène finale... J'imagine les camions de pompiers, et les lances à incendie, pour restituer l'impression de pluie, au point qu'il auraient tombé des chats et des chiens...

 C'est l'occasion, de faire un coucou, à une de mes autres filles, qui vit sur le sol anlo saxon.....

 Donc, nous parlions parapluie qui quand il se met à neiger, s'appelle du coup, "paraneige".... "ça vous défrise", que j'vous dis là haut, ce qui nous ramène, à....

 La chauve souris, amoureuse, d'un parapluie...

 D'ailleurs, ce qui cautionne entierement, ce que je viens de vous affirmer, c'est que Thomas Fersen, himself, a bien expliqué dans sa chanson qu'occasionnellment, le parapluie, de Gene Kelly, était arrivé chez un avaleur de sabres, avait servi de balancier,  d'ailleurs, on l'a vu, encore à la télé, ces jours derniers, dans les nouveaux nomades, sur FR3, et qu'il avait fini par se ranger des voitures, en abritant, plus sobrement,  une rombiere, et sa permanente...

 Ce qui nous renvoie, alors, inevittablement,  d'une part, à la chauve souris, mais aussi, à sa vie de baton, de chaise....

 Je précise d'ailleurs, que ce couillon de parapluie, pour  rester dans les clous, côté langage, n'avait même pas envisagé, de prendre une cure d'ECHINACEA, avant l'hiver...

 Alors, forcement, à faire le con sous la pluie, il a fini par prendre froid, et sentir le sapin... Ce pauvre imbécile.

 Et pendant ce temps, la pauvre chauve souris, elle,  se fait un sang d'ancre marine, à ne pas confondre, avec l'encre de sèche, qui est humide à cause des pluies dilluviennes,  rapport à la Bretagne, et aux coquilles saint Jacques, dont Pierre REgis Gaudry, fait l'éloge, tout de suite, sur France Inter, dans l'émission, "on va deguster"....

Ha, c'est sur, pour deguster, le parapluie, ila degusté, on  a pas idée, d'aller dans ser sous la pluie, par une temperature preille, non ?

 Et si apres ça, quelqu'un est assez malhonnête, pour prétendre qu'il n'y aurait pas de couloirs et tunnels, entre artistes, toutes générations confondues, et bien, j'en mange pas mon chapeau, mais mon parapluie, c'est probable... Version, avaleur de.... sabre, justement.

 Et ce couillon, en fait, devait se trouver, dans la chanson de Thomas Fersen.

  Le parapluie, donc, est passé par un poste d'assitant vendeur de cravates, sous payé, à la "Macron attitude"...

 "en marce" qu'ils disaient"...

 dans un eclair de lucidité, la parapluie, tout  de noir vetu, avait revêtu un gilet, jaune, et il avait hurlé...

 "mais quel con, ce Macron, pour vendre des cravates, aux encavatés de ton espece, mon con, faut bien, rester statique, pour que les cavatess'eclatent !

 Ce qui, dans le m^me opus, bien s^yur, avait généré la chanson, "les cavates".....

Et le premier qui prétend, que Thomas Fersen, n'aurait pas deja à cette époque, c'est à dire, dans les années 30 saisi les subtilités de la macronie, alors, que Macron, lui, même, n'était pas encore, un supermatozoïde,  qu'il vienne donc s'expliquer, que je lui remonte un peu les bretelles.

 Mais ne nous éloignons pas.

 

 Il dfaisait donc les marchés, mais je vois bien que certains, n'y pigent que dalle...

 Et oui, voilà ce qui arrive, quand on fréquente les intégristes de la chanson française, et qu'on oublie de regarder qu'apres Brel, Brassens, et Barbara (à qui Thomas  fait allusion, dans la chanson, la chauve souris, au sujet de "il pleut sur Nantes", d'autres, sont apparus...

 Et bien sûr, c'est moi, qui vais vous rafraichir la mémoire.

 

 Petit détail, qui ne manque pas de piquant.... DEvinez, où habite Thomas fersen ?

 A deux pas du père Lachaise... Et ce, depuis tres ongtemps, bien avant que Gene Kelly, ait joué, "un américain à Paris" !

 Ha, mais on dirait pas, à le voir, comme ça, il fait encore jeune... Mais enfin, c'est pour cette raison, qu'il aime bien les vieilles !

Emotions création invention rêve élucubration

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire